Mio posto, un delizio (Paris XI)

mio posto

Mio posto, c’est LA nouvelle adresse italienne dans le XIème arrondissement de Paris. Impossible de passer à côté si vous êtes un(e) foodista de la capitale, c’est tout le gratin branché de la ville qui semble s’être donné rendez-vous en ce samedi soir. Une clientèle jeune, entre amis ou en couple… ici on déguste principalement des pâtes et des pizzas. Tout comme chez le grand frère de l’enseigne, Il Posto, dans le XXème.

Dans un cadre branché – qui ressemble à tous les autres, les serveurs vous accueillent tout sourire, de leur accent chantant tout droit venu d’Italie. Les gourmands font la queue inlassablement, mieux vaut donc réserver (prends-en de la graine Big Mamma, toi et tes files d’attente interminables !) En entrant dans le restaurant, j’ai été surprise par le volume sonore, la salle est grande et les tables rapprochées… on s’y habitue finalement, au fur et à mesure du repas.

Les plats sont servis assez rapidement, et ce malgré l’affluence. Ils sont servis dans une jolie vaisselle colorée. Le petit plus ? Le parmesan râpé minute sur vos pâtes, à votre convenance. Au menu ce soir, tortelloni farcis au potiron, beurre de sauge et biscuits amaretti, agnolotti farcis à la viande, épinards, ou encore pizza capricciosa, « ragoût de tomate, mozzarella, jambon blanc, champignons, olives et petits artichauts des Pouilles ». Tout un programme. Les pâtes sont généreusement servies, bien cuites, goûteuses. Un peu trop de beurre dans l’assiette de tortelloni à mon goût… mais ce n’est qu’un détail.

mio posto

mio posto

mio posto

mio posto

Au rayon desserts, il va falloir accrocher votre estomac pour l’énoooorme part de tiramisu, commandé avec fébrilité. Car un tiramisu se doit d’être léger, équilibré entre la crème et le biscuit. Celui-ci ne doit pas être trop imbibé, et surtout pas par un café trop fort. Toujours compliqué de faire confiance à ce dessert dans un lieu qu’on découvre, mais pas de fausse note pour ce tiramisu façon Mio Posto… Moins convaincue par la panna cotta de mes amies, noyée sous un déluge de fruits rouges entiers… moins appétissante, mais visiblement dégustée avec envie par mes compères !

mio posto

mio posto

Déjà l’heure de l’addition… pas trop salée ! Comptez autour de 15 euros pour un plat, 6 euros le verre de vin, et 7-8 euros pour un dessert. On reviendra pour sûr chez Mio Posto tester leurs antipasti et leurs cocktails, apparemment très prisés !

Informations pratiques

Mio Posto

24 rue Keller, 75 011 PARIS, ouvert tous les jours de 18 heures à 1 heure.

♡ RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR ENCORE PLUS DE BONNES ADRESSES ! ♡

2016, le top 10 de l’année

2016

Avant toute chose, bonne année 2017. Qu’elle vous soit douce, heureuse, remplie de réussite, de projets, de questionnements, de solutions, de remises en question, car ce sont elles qui font souvent avancer vers de meilleurs horizons. Aimons-nous, aimons les autres, aimons l’autre.

2016 a sans aucun doute été l’année la plus riche de ma vie. En rencontres, en voyages, en idées, en émotions… Le coeur qui bat à cent à l’heure, le stress quasi constant, pas une minute pour souffler… Mais des projets qui se précisent, des expériences personnelles et professionnelles qui font grandir… Des voyages qui en mettent plein la vue…

Les neuf photos les plus likées sur mon Instagram en 2016: delphine_lf

Les neuf photos les plus likées sur mon Instagram en 2016: delphine_lf

Oui, 2016. Tu n’as pas été de tout repos, mais tu mérites bien que je fasse en retour en arrière sur tes moments les plus marquants… Voici mon top 10, par catégories, de ce que j’ai aimé en 2016.

  • Un livre: Mémoire de Fille, d’Annie Ernaux. Un ouvrage intime, sur l’intime, qui m’a troublée, gênée, questionnée… Je vous en avais parlé plus en détails ici, mais je vous conseille de filer immédiatement l’acheter en librairie… et de vous réfugier sous votre couette pour le dévorer.

thumb_img_8371_1024-1024x683

  • Un film: Divines. J’ai vu près de soixante films en 2016, et aucun ne m’a laissé un tel souvenir. Une BO qui claque, des actrices et acteurs naturels, authentiques, au jeu grandiose…

  • Une série: Stranger Things, Netflix. Une saison en moins de 24 heures, je pense que même pour mon niveau de sériephile, on peut dire que c’est un exploit. Carton plein pour cette création originale, son ambiance, ses personnages, sa bande originale… Je n’ai qu’une hâte: que la saison 2 sorte !

  • Une sortie culturelle: le lac des Cygnes au Palais des Congrès, tout simplement à couper le souffle. Un rêve de petite fille qui se réalise… une exécution superbe, des danseurs magnifiques, un orchestre magistral… j’en ai encore des étoiles dans les yeux !
  • Une photo: et pourquoi pas mille
  • Une recette: le cimetière d’Halloween ! Je me suis éclatée à l’imaginer, à le préparer, à décorer les petits gâteaux… un joli souvenir en cuisine !
  • Une citation: « life doesn’t have to be perfect to be wonderful » (« la vie n’a pas à être parfaite pour être merveilleuse »)
  • Un endroit: dans mes pensées… comme bien (trop) souvent.
  • Une adresse: La Fourmi, 74 rue des Martyrs, dans le XVIIIème à Paris. Pour toutes les bières descendues, les histoires racontées, les fous rires échangés… et bien d’autres choses encore.
  • Un voyage: difficile de choisir entre Stockholm, l’Algarve, et plus proche de chez moi, Nantes ou encore Lille… mais pour le dépaysement, j’élis la Suède, son atmosphère et ses décors nordiques, sa nuit qui tombe à quinze heures, ses petits kanelbullars…

img_8603-1024x683

♡ Merci d’avoir été présents en 2016, par vos visites, vos commentaires, vos petits mots sur Instagram, Twitter et Facebook ! J’espère que vous serez fidèle au poste cette année !♡

Les amis des Messina, rois de la pasta

les amis des messina

Les amis des Messina, petite adresse italienne en plein coeur de Paris, attire les gourmands du quartier du Sentier, et d’ailleurs.

Sur les murs, des étagères remplies de produits qui sentent bon la Sicile: pâtes à tartiner, vinaigre, conserves, chocolat…

Idem sur un comptoir garni de fromages, de charcuteries et autres préparations méditerranéennes.

DES PLATS SAVOUREUX

les amis des messina

Dans les assiettes, une Buffala fondante et crémeuse accompagnée de ses légumes grillés, des raviolis aux tomates et à la mozzarella, des cannellonis aux épinards et à la ricotta, ou des tortiglioni à l’encre de seiche.

les amis des messina

les amis des messina

Dans le ventre, plus de place pour goûter aux desserts à base de café ou de citron. A moins d’avoir délibérément décidé de revenir plus tard pour y goûter.

les amis des messina

Les amis des Messina, restaurant italien rue Réaumur dans le IIIème arrondissement de Paris (une adresse existe aussi rue du faubourg Saint-Antoine), accueille les gourmands dans un cadre chaleureux et branché.

Au niveau des prix, comptez une vingtaine d’euros pour une formule entrée-plat ou plat-dessert le midi, café compris. Des tarifs raisonnables pour des portions généreuses.

les amis des messina

Cette adresse vous tente ? Connaissiez-vous les amis des Messina auparavant ?

♡ RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR NE RIEN RATER DES NOUVELLES PUBLICATIONS ! 

J’ai aimé #2 – février 2016

En ce premier jour du mois de mars, une nouvelle édition de la nouvelle rubrique du blog, j’ai nommé les « J’ai aimé »… Retrouvez sans plus tarder mes cinq favoris du mois de février. Au programme ? Culture, paysages et infos sur le contenu de nos assiettes !

J’ai aimé… #1: en apprendre un peu plus sur les dessous du monde agro-alimentaire

Les réseaux de la malbouffe - Géraldine Meignan

Le 2 février a été diffusé sur France 2 une enquête édifiante de Cash Investigation sur les pesticides dans l’agrochimie. Une démonstration implacable et richement documentée sur l’invasion des produits chimiques dans notre univers, et particulièrement dans notre alimentation. Hasard du calendrier, j’ai reçu la même semaine un livre que j’avais commandé par curiosité et traitant relativement des mêmes sujets. Les réseaux de la malbouffe, écrit par Géraldine Meignan, grand reporter. Le livre retrace les réseaux de l’agro-alimentaire, du producteur à l’assiette du consommateur. Des réseaux opaques dont on ne connaît finalement pas grand chose, sauf lorsque de gros scandales éclatent, comme celui de la viande de cheval dans les lasagnes. Il est frappant de découvrir qui tire les ficelles de ce monde complexe et de quelle manière on peut aisément se laisser, au mieux berner, au pire empoisonner. Saviez-vous, par exemple, que la France est le troisième pays au monde (derrière les Etats-Unis et le Japon) en termes d’épandage de pesticides ? Et bien voilà… Cette info fait partie des nombreuses précisions apportées par ce livre.

J’ai aimé… #2: revoir le jour

IMG_9615

En février, les journées ont été douces et longues… Quel bonheur de pouvoir se lever quelques jours par semaine en même temps que le soleil, et de ne plus connaître que la nuit noire matin et soir ! Ajouter à cela quelques balades entre amis, à admirer les nuances des ciels de Paris… Vivement le printemps !

J’ai aimé… #3: reprendre le temps d’aller au cinéma

Cinéma

Très inspirée par le défi culturel de Solange te Parle, j’ai décidé en 2016 d’accorder plus de temps à la lecture, au cinéma et aux expos. Pour le moment, le bilan n’est pas trop mauvais, j’aimerais juste avoir plus de créneaux pour commencer ou reprendre de nouvelles séries… En attendant, j’ai vu ce mois-ci au ciné quatre films: Peur de Rien, Ave César, The Revenant et Les Innocentes. Quatre genres totalement différents, des réalisations fines et bien menées pour les quatre films… Et un vrai plaisir de retourner en salles ! Je reste toujours marquée par certaines séquences des Innocentes, signé Anne Fontaine. La performance des actrices est remarquable.

J’ai aimé… #4: admirer les oeuvres de rodin  

musée rodin

musée rodin

Trois ans passés en classes prépa dans le lycée juste à côté du musée Rodin, et je n’y avais jamais mis les pieds… C’est désormais chose faite, et quelle erreur de ne pas y avoir traîné mes guêtres avant ! Ce musée situé dans le VIIe arrondissement de Paris a l’avantage de disposer d’un grand parc, dans lequel on peut se balader et découvrir des statues du sculpteur. A l’intérieur, on admire le fameux Baiser ainsi que des oeuvres moins connues mais tout aussi impressionnantes. Emballement particulier pour le détail et le soin apportés aux mains, j’ai été réellement ébahie.

J’ai aimé… #5: lire Marie parler de ses 20 ans

Je suis le blog de Marie depuis plusieurs années. Et Mai, de même. Quand l’une a décidé de raconter ses vingt ans chez l’autre, j’ai tout de suite su que le résultat serait à la hauteur de mes espérances. Il a été bien plus que cela. Marie a réussi à poser des mots précis sur comment je ressens ma vingtaine, dans un style toujours si juste et humain. Alors que dire de plus, si ce n’est: merci Marie ?

Photoreportage: dans la chocolaterie de Gilles Cresno

Quand un chocolatier vous ouvre les portes de son laboratoire lors d’une fraîche matinée hivernale, c’est comme un retour en enfance vers le monde merveilleux de Charlie et la Chocolaterie. Chez Gilles Cresno, point de tablettes en or « Wonka », et les petites mains qui s’affairent ne sont pas non plus des Oompas-Loompas. Au bout de la chaîne, quand le chocolat est passé entre toutes les mains, c’est avec délectation qu’on savoure ces petits carrés aux saveurs toutes plus alléchantes les unes que les autres…

Photo 1 DLF

Première étape de la matinée : faire passer des disques de ganache (mélange de crème et de chocolat) sous l’enrobeuse, afin de les recouvrir finement d’un chocolat dit de couverture.

Photo 2 DLF

Le travail s’effectue à la main, en complémentarité avec la machine. Ce matin-là, ce sont plusieurs centaines de carrés de chocolat qui vont ainsi passer entre les doigts de Mathieu et François.

Photo 3 DLF

Plusieurs parfums de chocolats sont à l’honneur. A chacun son chocolat de couverture : lait pour les pralinés et les speculoos, noir pour les ganaches plus corsées.

Photo 4 DLF

Eglantine, la chef du laboratoire, décore chaque chocolat un par un. C’est ainsi que l’on différenciera les parfums.

Photo 5 DLF

Les chocolats avancent sur un tapis roulant qui traverse tout le laboratoire chocolatier. Dernière étape, la mise en boîte, par parfums.

Photo 6 DLF

Christophe confectionne lui une pâte à tartiner chocolat/noisette. Celle-ci est composée de près de 50% de noisettes du Piémont, réduites en praliné (fruits secs, sucre et eau). Les noisettes sont ensuite mélangées au chocolat. Aucune matière grasse n’intègre la recette.

Photo 7 DLF

Après avoir mélangé le chocolat et les noisettes dans une machine dont on a chassé l’air, Christophe transvase la pâte ainsi obtenue dans un récipient pour l’emmener au conditionnement. C’est le moment de prendre une petite cuillère et de goûter le produit directement à la source. Rien à voir avec aucune pâte à tartiner du commerce, ne parlons même pas du Nutella: un goût de noisettes prononcé, une texture onctueuse, une recette très peu sucrée… je me vois déjà finir le pot à la petite cuillère !

Photo 8 DLF

Mariya débarrasse le pâte à tartiner que Christophe vient d’apporter dans une machine qui va en remplir des pots en verre.

Photo 9 DLF

La machine dose la quantité de pâte à tartiner pour remplir chaque pot. Ceux-ci contiennent 250 grammes de produit fini.

Photo 10 DLF

Mariya n’a plus qu’à remplir chaque pot un par un.

Photo 11 DLF

Dernière étape : Yoko, à la fin de la chaîne, étiquette les pots, et les ferme hermétiquement.

Photo 12 DLF

La production ainsi obtenue est mise en vente dans la boutique/atelier de Rueil-Malmaison. Ce matin-là, Agathe accueille les clients qui affluent dès l’ouverture, principalement grâce au bouche-à-oreille. Le reste des chocolats et autres pâtes à tartiner est dispatché entre l’autre boutique située à Rueil-Malmaison et celle de Nanterre.

Informations pratiques:

Chocolaterie Gilles Cresno – atelier & boutique

63 rue Gallieni, 92500 Rueil-Malmaison

N’hésitez pas à partager cet article et à nous rejoindre sur les réseaux sociaux: FACEBOOK, TWITTER et INSTAGRAM !

Le Camion qui Fume – ouverture du restaurant

Le camion qui fume

Une queue de plusieurs dizaines de personnes rue Montmartre, dans le deuxième arrondissement de Paris… C’est ce qui attendait les gourmands venus braver le froid pour goûter les burgers du Camion qui Fume vendredi et samedi midis.

Le camion qui fume

Le fameux food-truck,  imaginé par Kristin Frederick, a ouvert son premier restaurant près des Grands Boulevards. Un restaurant moderne au design épuré. On entre, on commande l’un des menus écrits sur un grand mur blanc, et l’on prend place. Quelques minutes plus tard, l’un des employés du Camion qui Fume qui s’active derrière un grand comptoir couleur acier vous appelle, et vous récupérez votre plat.

Le Camion qui Fume

Au menu, le burger « barbecue », composé de boeuf haché, de cheddar, d’oignons caramélisés et de bacon. Un gros beignet d’oignon vient s’ajouter entre les deux tranches de pain moelleux. Une touche sympa mais mieux vaut l’enlever et le manger à part, le burger est déjà énorme sans.  Le burger est servi avec une généreuse portion de frites maison, savoureuses et croustillantes. On ressort du restaurant Le Camion qui Fume le ventre bien rempli !

Le camion qui fume

Le « barbecue » – boeuf haché, cheddar, bacon, oignons caramélisés

Le camion qui fume

A noter que le lieu semble assez enfants-friendly, avec un menu enfant à moins de dix euros. Les bambins étaient d’ailleurs nombreux samedi midi, lors du deuxième jour de l’ouverture.

Le Camion qui Fume

Comptez entre 12,9 et 14,9 euros le menu avec hamburger, accompagnement et boisson. Good appetite ! 

Pour encore plus de bonnes adresses, retrouvez le blog sur Facebook, Twitter & Instagram !

J’ai aimé #1 – janvier 2016

Tout d’abord, laissez-moi vous souhaiter mes meilleurs voeux pour 2016. Que cette nouvelle année soit riche, belle, heureuse, et remplie d’amour. J’ai aimé ces derniers jours qui ont défilé à toute vitesse, les projets enthousiasmants qui s’accumulent, même si trouver du temps pour cuisiner de bons petits plats devient difficile. Mais j’ai quelques recettes à préparer de toute urgence, on en reparlera bientôt !

Ce début d’année est l’occasion d’inaugurer une nouvelle rubrique sur le blog. Une fois par mois, je vous présenterai cinq choses que j’ai aimées les semaines passées. Un beau moyen de vous faire part de mes bons plans et de vous faire découvrir des choses autres que la cuisine, de manière plus exhaustive que sur Twitter et Instagram. Alors commençons sans plus tarder avec ce qui m’a plu depuis les fêtes jusqu’à aujourd’hui.

J’ai aimé… #1: passer le Nouvel An en Normandie…

…à seulement quelques kilomètres de Paris. Un séjour pas si reposant finalement, pour commencer 2016 du bon pied, dans un état d’esprit apaisé, et avec quelques kilos en plus (#teamraclette)

Feu de cheminée

Normandie Nouvel an

Dog

Clafoutis

J’ai aimé… #2: me remettre au sport !

Depuis la rentrée en septembre, j’avais à peine eu l’occasion de retourner à la piscine, et c’est tout juste si je suis allée courir quatre fois en quatre mois. Et puis la perspective de se délecter de bons dîners en rentrant du sport représente une motivation non négligeable ! Regardez-moi cette petite tartine nordique avec du bon pain Poilâne…

tartine nordique pain poilane

J’ai aimé… #3: dénicher une nouvelle adresse

Un endroit où se poser entre copines et se raconter nos vies autour de délicieuses boissons chaudes.

Shakespeare&co café

Shakespeare&co café 37 rue de la Bûcherie, Paris V

Shakespeare&co café

FullSizeRender-5

J’ai aimé… #4: traîner mes fesses au musée.

Au programme, deux expos fin décembre: Elisabeth Vigée Le Brun au Grand Palais, et la rétrospective Martin Scorsese à la Cinémathèque Française. Deux époques, deux arts, deux moments sympas.

Vigée Le Brun Grand Palais

Exposition Elisabeth Louise Vigée Le Brun au Grand Palais

Scorsese Cinémathèque Française

Mean Streets – Martin Scorsese @ la cinémathèque française

FullSizeRender-3

Exposition Martin Scorsese @ la cinémathèque française

J’ai aimé… #5: réaliser de chouettes reportages.

D’un reportage télé sur la fête hindoue de Pongal en passant par un reportage photo dans une chocolaterie, à un reportage radio sur la réouverture du Carillon à Paris… les dernières semaines n’ont pas été de tout repos, mais elles ont été extrêmement enrichissantes. Je vous en reparlerai probablement ici très bientôt… stay tuned !

Et vous, que vous a apporté ce début d’année ? Quelles sont vos bonnes résolutions pour cette nouvelle année ? Dites-nous tout !

Deux adresses paisibles dans le joli quartier du Temple – Paris

Besoin d’un moment de calme et de douceur pour faire une pause dans le rythme infernal de Paris ? Rendez-vous donc dans le quartier du Temple, pas très loin du restaurant dont je vous parlais il y a quelques temps. Vous y trouverez deux de mes coups de coeur de ces derniers mois, deux adresses joliment décorées où le temps semble s’arrêter le temps d’un goûter. Ces deux endroits font partie de ces lieux où vous pouvez rester assis des heures autour d’une tasse de thé fumant ou de café corsé, accompagnée de pâtisseries maison.

Broken Arm Paris

The Broken Arm, au 12, rue Perrée, est niché à l’angle de deux rues paisibles, face à un square où les enfants viennent se détendre après les cours. Quelques tables sont dressées dehors, l’été, permettant de prendre le soleil tout en sirotant un thé glacé, ici un délicieux rooibos. Le lieu reste difficile à définir: salon de thé, restaurant, boutique de créateurs… Le concept ? Du 3 en 1, pour dénicher un look à la mode tout en dégustant une salade ou un dessert au comptoir.

La sobriété du lieu n’enlève rien à son charme. L’on y retrouve la scénographie classique du coffee shop parisien huppé: murs blancs, carrelage à motifs, tables en Formica et machines à café vintage.

Il vous faudra débourser au minimum 3,50 euros pour goûter aux pâtisseries de The Broken Arm, et environ 4 euros pour un thé glacé. Les prix des menus sont disponibles sur leur site.

Lily of the Valley Paris

Le deuxième réel coup de coeur dont je voulais vous parler aujourd’hui est situé un peu plus loin, rue Dupetit-Thouars: Lily of the Valley, salon de thé imaginé et tenu par Pauline, jeune femme pétillante passée par l’école Ferrandi. Elle propose dans son plaisant salon une variété impressionnante de thés, ainsi que ses pâtisseries maison: cookies fondants, muffins dodus et cakes savoureux garnissent les présentoirs du « coffee shop ». Coup de coeur pour le cake du jour à la noisette, aux poires et au chocolat, qui fond en bouche sans être lourd.

L’intérieur de la boutique est assez petit, il faut donc avoir de la chance ou être disposé à braver le froid pour s’installer sur l’une des tables à l’extérieur. Pas de panique, il suffira d’une tasse de thé et d’une pâtisserie pour vous réchauffer. Les mets commandés au comptoir arrivent dans une vaisselle très « british« , en parfait accord avec la décoration du lieu. Détracteurs du « girly », s’abstenir !

Le petit plus appréciable: la possibilité d’emporter les boissons et les pâtisseries. Comptez entre 2 et 4,40 euros pour une boisson chaude, et entre 1,50 et 4 euros pour une petite douceur.

Pour prolonger l’instant douceur, voici une petite playlist pour le mois de novembre, sélectionnée avec soin par votre plus fidèle serviteur.

Pour découvrir davantage de bonnes adresses, n’hésitez pas à suivre le blog sur les réseaux sociaux: Facebook, Twitter & Instagram.

Battle de burgers à Paris – City Guide

Force est de constater qu’en ce moment, mon obsession pour les burgers n’en finit plus de sévir. Et quand les copines s’y mettent et me suivent dans ma folie burgerienne, et bien ça donne… trois nouvelles adresses à vous présenter, pardi ! Pour changer des simples revues agrémentées de photos, j’ai décidé de simplement noter ces adresses selon trois critères: la qualité des plats, le service/l’ambiance et le rapport qualité/prix. Bien évidemment mon avis n’appartient qu’à moi, et je suis bien consciente que d’autres peuvent avoir eu une meilleure impression (ou une pire, d’ailleurs). C’est les vacances en région parisienne, alors pourquoi ne pas en profiter en allant se balader et reprendre des forces avec un bon petit repas made in USA ?

* 231 East St., 2 rue de la Pépinière – 75 009 PARIS

East St Burger

Il y a quelques semaines, à la recherche d’une adresse où déjeuner dans le quartier de Saint-Lazare avec mes copines aux crocs aiguisés, nous sommes entrées dans un petit restau qui avait l’air bien sympathique tout près de la gare. L’on commande au comptoir, l’on va s’asseoir et quelques minutes plus tard, l’on nous apporte notre plateau et nos burgers à déguster. Le tout est très copieux, le burger est moelleux et savoureux, les frites pas extraordinaires mais l’ensemble passe bien (mais Dieu sait que quand on me prend par les sentiments cheeseburgeresques, je suis extrêmement difficile). Petit bémol pour l’espace qui est un peu petit, qui fait que l’on peut s’y sentir à l’étroit en heure de pointe.

Qualité des plats: 4/5

Service & ambiance: 4/5

Rapport qualité/prix: 4,5/5

Moyenne: 4, 2/5

* Atelier du pied de fouet, 45 rue de Babylone – 75 007 PARIS

atelier babylone burgers

A côté du lycée, toujours dans le quartier que je vous avais présenté dans cet article, nous avons récemment découvert une nouvelle adresse fort sympathique, tenue par de jeunes gens. Nous avons pris plusieurs fois à emporter, toujours la même formule déjeuner à 9 euros, avec éventuellement en cas de gros appétit un petit dessert pour un euro de plus. Le fait de pouvoir manger autre chose que des sandwichs, pas trop cher pour le quartier et quand on n’a pas le temps de se préparer des lunchboxes à la maison est très appréciable. En outre, les burgers sont vraiment délicieux, les frites également. Pour le rapport qualité/prix, nous sommes vraiment très bien avec une formule chesseburger/frites/boisson à 9 euros !

Qualité des plats: 5/5

Service/ambiance: 4,5/5

Rapport qualité/prix: 5/5

Moyenne: 4, 8/5

* Charlie’s Birdy, 84 boulevard du Montparnasse – 75 014 PARIS

Charlie Birdy burgers

Plus récemment encore, j’ai emmené ma maman chez Charlie’s Birdy, adresse qui m’avait été conseillée par mon amie Daria pour ses burgers. Il me semble qu’il s’agit d’une chaîne qui a plusieurs restaurants sur la capitale. Nous avons dîné là-bas un soir avant d’assister au spectacle de Dirty Dancing au palais des Sports (Johnnyyyyyyyyy) (ceux qui me suivent sur Instagram savent). Premier GROS bémol à noter: l’accueil vraiment plus que négligé, c’est à peine si on ne dérangeait pas la serveuse pendant sa pause cigarette (et encore, ce n’est pas la pire impression qu’on a eue de la part des serveurs du peu de temps qu’on a passé là-bas). Si l’on s’attache au contenu de notre assiette, mon avis remonte un peu à l’arrivée des burgers à la mode BBQ, à savoir avec une sauce barbecue et une tranche de bacon. Les buns sont briochés, ce n’est pas mauvais mais pas à se damner non plus. Pour un burger qui vaut une quinzaine d’euros, on peut s’attendre à mieux. Et encore, le pire est là aussi à venir quand on s’aventure dans la carte des desserts. Une chose est sûre, on ne reviendra pas pour cette partie du repas: le moelleux écoeurant qui sort du micro-ondes et le cookie raté (mais bon sang comment peut-on rater un cookie ?!) au caramel (était-ce du caramel en réalité ? le mystère reste entier…) furent un échec. Dommage, car avec une addition plus que salée (une soixantaine d’euros avec boissons), on pouvait s’attendre à beaucoup mieux.

(PS: la qualité de la photo ci-dessus est due à l’ambiance « tamisée » du lieu, qui sans vouloir en rajouter une couche est un peu trop sombre à mon goût…)

Qualité des plats: 2/5

Service/ambiance: 2/5

Rapport qualité/prix: 1/5

Moyenne: 1,7/5

Voilà, j’espère que cette revue vous aura plu et vous permettra d’éviter des adresses décevantes, tout en vous permettant d’en découvrir de nouvelles ! REtrouvez les actus du blog sur facebook, twitter et hellocoton ♥

 

MONTPARNASSE – Où manger sur le pouce ? Où prendre un café ?

Bien le bonjour par ici ! Les semaines passent, la masse de travail s’accumule et avec tout ça, plus tellement le temps d’enfiler un tablier et de venir écrire par ici ! Alors je me console en suivant le Meilleur Pâtissier et en allant manger de bons petits plats entre deux cours, avec ma copine Daria. D’où un petit récap de quelques bonnes adresses qu’on a pu tester récemment, deux pour y manger le midi et une autre pour y prendre un café, le tout dans le joli quartier de Montparnasse.

Ca faisait longtemps que nous étions tentées par la Maison du Croque-Monsieur, en bonnes épicuriennes que nous sommes, et c’est donc à l’occasion de notre dernier jour de cours avant les vacances que nous avons passé la porte de cette petite boutique située au 37 boulevard du Montparnasse. L’accueil y est vraiment agréable et il n’y a pas trop de monde le midi, nous n’avons presque pas fait la queue. Nous avons toutes les deux opté pour une formule à 9,50 euros qui inclut un croque monsieur, une salade au choix et une boisson. Quelques minutes plus tard, l’on nous apporte nos croques-monsieur fumants, bien garnis et bien gourmands. C’est plutôt bon, le mien avait un vrai bon goût de fromage et du vrai jambon, et le menu suffit à vous caler l’estomac pour l’après-midi (nous avons survécu à Gone Girl juste après sans aucun souci !) En bref, une bonne adresse à retenir pour manger sur le pouce, d’autant qu’avec le soleil que nous avons eu ces derniers jours, la terrasse est très agréable pour se poser.

croque monsieur2

 

Si vous êtes plutôt falafels (coucou Célia) et houmous, je vous suggère un restaurant libanais au bon rapport qualité-prix, Mazar saura contenter votre appétit, au 9 bis boulevard du Montparnasse. Nous y avons mangé plusieurs fois et leurs sandwichs ne sont vraiment pas mauvais ! Vous avez en plus la possibilité de manger soit sur place soit de prendre à emporter. Un large choix de formules et de sandwiches vous seront proposés, pour ma part je choisis toujours le chawarma au poulet qui ne me déçoit que rarement, en général !

 

Ensuite, si vous aussi avez besoin d’un petit café pour la digestion, je vous suggère de vous diriger vers la rue de Babylone, à une quinzaine de minutes à pied, et de passer la porte du Coutume Café, au 47. J’en avais entendu des éloges un peu partout, et c’est finalement notre assistant américain qui nous a donné rendez-vous dans ce joli petit café où l’accueil se fait en français ou en anglais (ce qui était appréciable pour lui, donc). L’endroit est assez petit, je pense que pour y déjeuner il doit y avoir foule, mais à 14h nous avons eu une table rapidement. Venons-en au but, c’est-à-dire à la qualité des cafés ! Et bien là vous ne serez pas déçus, le café est excellent, rien à voir avec le jus de chaussettes que l’on vous fait payer une fortune dans d’autres endroits du quartier (et ailleurs), l’on sent les arômes se développer à la première gorgée, c’est réellement délicieux ! Les prix ne sont pas excessifs car les tasses sont bien servies. Nous y retournerons sans hésiter !

 

IMG_0322

 

J’espère que ces adresses vous ont plu, j’essaierai de refaire un article de ce genre mais dans un autre quartier si le format vous plaît ? N’hésitez pas à me le dire en commentaires, et à laisser vous aussi vos bonnes adresses !