Mio posto, un delizio (Paris XI)

mio posto

Mio posto, c’est LA nouvelle adresse italienne dans le XIème arrondissement de Paris. Impossible de passer à côté si vous êtes un(e) foodista de la capitale, c’est tout le gratin branché de la ville qui semble s’être donné rendez-vous en ce samedi soir. Une clientèle jeune, entre amis ou en couple… ici on déguste principalement des pâtes et des pizzas. Tout comme chez le grand frère de l’enseigne, Il Posto, dans le XXème.

Dans un cadre branché – qui ressemble à tous les autres, les serveurs vous accueillent tout sourire, de leur accent chantant tout droit venu d’Italie. Les gourmands font la queue inlassablement, mieux vaut donc réserver (prends-en de la graine Big Mamma, toi et tes files d’attente interminables !) En entrant dans le restaurant, j’ai été surprise par le volume sonore, la salle est grande et les tables rapprochées… on s’y habitue finalement, au fur et à mesure du repas.

Les plats sont servis assez rapidement, et ce malgré l’affluence. Ils sont servis dans une jolie vaisselle colorée. Le petit plus ? Le parmesan râpé minute sur vos pâtes, à votre convenance. Au menu ce soir, tortelloni farcis au potiron, beurre de sauge et biscuits amaretti, agnolotti farcis à la viande, épinards, ou encore pizza capricciosa, « ragoût de tomate, mozzarella, jambon blanc, champignons, olives et petits artichauts des Pouilles ». Tout un programme. Les pâtes sont généreusement servies, bien cuites, goûteuses. Un peu trop de beurre dans l’assiette de tortelloni à mon goût… mais ce n’est qu’un détail.

mio posto

mio posto

mio posto

mio posto

Au rayon desserts, il va falloir accrocher votre estomac pour l’énoooorme part de tiramisu, commandé avec fébrilité. Car un tiramisu se doit d’être léger, équilibré entre la crème et le biscuit. Celui-ci ne doit pas être trop imbibé, et surtout pas par un café trop fort. Toujours compliqué de faire confiance à ce dessert dans un lieu qu’on découvre, mais pas de fausse note pour ce tiramisu façon Mio Posto… Moins convaincue par la panna cotta de mes amies, noyée sous un déluge de fruits rouges entiers… moins appétissante, mais visiblement dégustée avec envie par mes compères !

mio posto

mio posto

Déjà l’heure de l’addition… pas trop salée ! Comptez autour de 15 euros pour un plat, 6 euros le verre de vin, et 7-8 euros pour un dessert. On reviendra pour sûr chez Mio Posto tester leurs antipasti et leurs cocktails, apparemment très prisés !

Informations pratiques

Mio Posto

24 rue Keller, 75 011 PARIS, ouvert tous les jours de 18 heures à 1 heure.

♡ RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR ENCORE PLUS DE BONNES ADRESSES ! ♡

Les amis des Messina, rois de la pasta

les amis des messina

Les amis des Messina, petite adresse italienne en plein coeur de Paris, attire les gourmands du quartier du Sentier, et d’ailleurs.

Sur les murs, des étagères remplies de produits qui sentent bon la Sicile: pâtes à tartiner, vinaigre, conserves, chocolat…

Idem sur un comptoir garni de fromages, de charcuteries et autres préparations méditerranéennes.

DES PLATS SAVOUREUX

les amis des messina

Dans les assiettes, une Buffala fondante et crémeuse accompagnée de ses légumes grillés, des raviolis aux tomates et à la mozzarella, des cannellonis aux épinards et à la ricotta, ou des tortiglioni à l’encre de seiche.

les amis des messina

les amis des messina

Dans le ventre, plus de place pour goûter aux desserts à base de café ou de citron. A moins d’avoir délibérément décidé de revenir plus tard pour y goûter.

les amis des messina

Les amis des Messina, restaurant italien rue Réaumur dans le IIIème arrondissement de Paris (une adresse existe aussi rue du faubourg Saint-Antoine), accueille les gourmands dans un cadre chaleureux et branché.

Au niveau des prix, comptez une vingtaine d’euros pour une formule entrée-plat ou plat-dessert le midi, café compris. Des tarifs raisonnables pour des portions généreuses.

les amis des messina

Cette adresse vous tente ? Connaissiez-vous les amis des Messina auparavant ?

♡ RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR NE RIEN RATER DES NOUVELLES PUBLICATIONS ! 

Le Camion qui Fume – ouverture du restaurant

Le camion qui fume

Une queue de plusieurs dizaines de personnes rue Montmartre, dans le deuxième arrondissement de Paris… C’est ce qui attendait les gourmands venus braver le froid pour goûter les burgers du Camion qui Fume vendredi et samedi midis.

Le camion qui fume

Le fameux food-truck,  imaginé par Kristin Frederick, a ouvert son premier restaurant près des Grands Boulevards. Un restaurant moderne au design épuré. On entre, on commande l’un des menus écrits sur un grand mur blanc, et l’on prend place. Quelques minutes plus tard, l’un des employés du Camion qui Fume qui s’active derrière un grand comptoir couleur acier vous appelle, et vous récupérez votre plat.

Le Camion qui Fume

Au menu, le burger « barbecue », composé de boeuf haché, de cheddar, d’oignons caramélisés et de bacon. Un gros beignet d’oignon vient s’ajouter entre les deux tranches de pain moelleux. Une touche sympa mais mieux vaut l’enlever et le manger à part, le burger est déjà énorme sans.  Le burger est servi avec une généreuse portion de frites maison, savoureuses et croustillantes. On ressort du restaurant Le Camion qui Fume le ventre bien rempli !

Le camion qui fume

Le « barbecue » – boeuf haché, cheddar, bacon, oignons caramélisés

Le camion qui fume

A noter que le lieu semble assez enfants-friendly, avec un menu enfant à moins de dix euros. Les bambins étaient d’ailleurs nombreux samedi midi, lors du deuxième jour de l’ouverture.

Le Camion qui Fume

Comptez entre 12,9 et 14,9 euros le menu avec hamburger, accompagnement et boisson. Good appetite ! 

Pour encore plus de bonnes adresses, retrouvez le blog sur Facebook, Twitter & Instagram !

Bordeaux: duel de canelés au sommet !

Image

Place de la Bourse / Miroir d’eau / Le port prêt pour la solitaire du Figaro / Cathédrale Saint-André – crédits photo: toutendouceurs.com

Ce n’est pas du sommet de la dune du Pilat que je vous écris mais de Toulouse où je suis en vadrouille pour quelques jours le temps d’un dernier concours. Notre périple a commencé à Bordeaux le temps d’un week-end, où nous avons passé deux jours très agréables. On en aurait presque oublié que notre avenir allait s’y jouer !

IMG_0956

Vous n’êtes pas sans savoir que la spécialité bordelaise est le canelé, une petite bouchée cuite dans des moules en cuivre, croquante à l’extérieur et moelleuse à l’intérieur, légèrement parfumée au rhum. Nous avons évidemment fait nos gourmets en allant acheter quelques douceurs. J’ai ramené avec moi quelques canelés de chez Baillardran, et mes parents ont ensuite rapporté des petits canelés de chez la Toque Cuivrée. J’ai pensé que ce serait une bonne idée de faire un comparatif des deux, selon plusieurs critères: le goût, la conformité par rapport à l’idée que je me faisais du canelé et ceux que j’avais déjà goûtés auparavant, et le rapport qualité/prix.

IMG_0958

Comme je n’avais pas envie de prendre dix kilos en deux jours, j’ai opté pour le format « bouchée » dans les deux enseignes. Le canelé peut en effet vite devenir écoeurant, surtout si le rhum n’est pas assez justement dosé, du coup je vous conseille vivement cette taille si vous souhaitez découvrir le goût du canelé ou pour simplement accompagner votre café ou votre thé.

IMG_0963

Les canelés font donc tous les deux la même taille, et ont le même diamètre. La comparaison en est d’autant plus facile ! Passons donc sans plus tarder aux impressions gustatives. Il faut de suite noter que le canelé de chez la Toque Cuivrée est trèèèèès bien dosé en rhum, on en aurait presque la tête qui tourne s’ils étaient plus gros… C’est du coup un peu gênant pour ceux qui n’aiment pas l’alcool et logiquement donc pour les enfants. Au contraire, ceux de chez Baillardran sont beaucoup plus légers et moins écoeurants. Premier point pour ces derniers. Au niveau de la texture, ceux de Baillardran sont plus secs, ceux de chez la Toque Cuivrée plus moelleux, et même si cela peut dépendre de la cuisson, à coloration égale ceux de la Toque Cuivrée restent plus liquides. Personnellement je les préfère comme cela, surtout que la croûte est bien présente, ce qui est le cas. Premier point pour la Toque Cuivrée, et égalité, donc. Enfin, ce qui fâche le plus, le prix ! Et là l’écart se creuse tant la différence sur ce produit est flagrante. A l’unité, la bouchée de 17g de chez Baillardran revient à 0,80 euros. Et à ce prix-là, pas de coffret mais un sachet (pour le coffret cela vous reviendra à 11 euros les douze canelés)… En revanche, à la Toque Cuivrée, le même canelé de 17g coûte 0,40 euros, soit moitié moins cher ! Il vous faudra rajouter un euro supplémentaire pour une jolie boîte cadeau.

IMG_0981

En conclusion, je dirais que, si les canelés de chez Baillardran sont meilleurs, ceux de la Toque Cuivrée sont aussi très bons et quand même beaucoup moins chers ! Et même si la boutique n’est pas dans le centre de Bordeaux, si vous visitez l’une des villes alentour comme Arcachon, Pessac ou encore Libourne, n’hésitez pas à y faire un tour !

Avez-vous déjà été à Bordeaux ? Connaissez-vous les canelés ? Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager et à suivre les actualités du blog sur Facebook, Twitter, Instagram et Hellocoton !

Battle de burgers à Paris – City Guide

Force est de constater qu’en ce moment, mon obsession pour les burgers n’en finit plus de sévir. Et quand les copines s’y mettent et me suivent dans ma folie burgerienne, et bien ça donne… trois nouvelles adresses à vous présenter, pardi ! Pour changer des simples revues agrémentées de photos, j’ai décidé de simplement noter ces adresses selon trois critères: la qualité des plats, le service/l’ambiance et le rapport qualité/prix. Bien évidemment mon avis n’appartient qu’à moi, et je suis bien consciente que d’autres peuvent avoir eu une meilleure impression (ou une pire, d’ailleurs). C’est les vacances en région parisienne, alors pourquoi ne pas en profiter en allant se balader et reprendre des forces avec un bon petit repas made in USA ?

* 231 East St., 2 rue de la Pépinière – 75 009 PARIS

East St Burger

Il y a quelques semaines, à la recherche d’une adresse où déjeuner dans le quartier de Saint-Lazare avec mes copines aux crocs aiguisés, nous sommes entrées dans un petit restau qui avait l’air bien sympathique tout près de la gare. L’on commande au comptoir, l’on va s’asseoir et quelques minutes plus tard, l’on nous apporte notre plateau et nos burgers à déguster. Le tout est très copieux, le burger est moelleux et savoureux, les frites pas extraordinaires mais l’ensemble passe bien (mais Dieu sait que quand on me prend par les sentiments cheeseburgeresques, je suis extrêmement difficile). Petit bémol pour l’espace qui est un peu petit, qui fait que l’on peut s’y sentir à l’étroit en heure de pointe.

Qualité des plats: 4/5

Service & ambiance: 4/5

Rapport qualité/prix: 4,5/5

Moyenne: 4, 2/5

* Atelier du pied de fouet, 45 rue de Babylone – 75 007 PARIS

atelier babylone burgers

A côté du lycée, toujours dans le quartier que je vous avais présenté dans cet article, nous avons récemment découvert une nouvelle adresse fort sympathique, tenue par de jeunes gens. Nous avons pris plusieurs fois à emporter, toujours la même formule déjeuner à 9 euros, avec éventuellement en cas de gros appétit un petit dessert pour un euro de plus. Le fait de pouvoir manger autre chose que des sandwichs, pas trop cher pour le quartier et quand on n’a pas le temps de se préparer des lunchboxes à la maison est très appréciable. En outre, les burgers sont vraiment délicieux, les frites également. Pour le rapport qualité/prix, nous sommes vraiment très bien avec une formule chesseburger/frites/boisson à 9 euros !

Qualité des plats: 5/5

Service/ambiance: 4,5/5

Rapport qualité/prix: 5/5

Moyenne: 4, 8/5

* Charlie’s Birdy, 84 boulevard du Montparnasse – 75 014 PARIS

Charlie Birdy burgers

Plus récemment encore, j’ai emmené ma maman chez Charlie’s Birdy, adresse qui m’avait été conseillée par mon amie Daria pour ses burgers. Il me semble qu’il s’agit d’une chaîne qui a plusieurs restaurants sur la capitale. Nous avons dîné là-bas un soir avant d’assister au spectacle de Dirty Dancing au palais des Sports (Johnnyyyyyyyyy) (ceux qui me suivent sur Instagram savent). Premier GROS bémol à noter: l’accueil vraiment plus que négligé, c’est à peine si on ne dérangeait pas la serveuse pendant sa pause cigarette (et encore, ce n’est pas la pire impression qu’on a eue de la part des serveurs du peu de temps qu’on a passé là-bas). Si l’on s’attache au contenu de notre assiette, mon avis remonte un peu à l’arrivée des burgers à la mode BBQ, à savoir avec une sauce barbecue et une tranche de bacon. Les buns sont briochés, ce n’est pas mauvais mais pas à se damner non plus. Pour un burger qui vaut une quinzaine d’euros, on peut s’attendre à mieux. Et encore, le pire est là aussi à venir quand on s’aventure dans la carte des desserts. Une chose est sûre, on ne reviendra pas pour cette partie du repas: le moelleux écoeurant qui sort du micro-ondes et le cookie raté (mais bon sang comment peut-on rater un cookie ?!) au caramel (était-ce du caramel en réalité ? le mystère reste entier…) furent un échec. Dommage, car avec une addition plus que salée (une soixantaine d’euros avec boissons), on pouvait s’attendre à beaucoup mieux.

(PS: la qualité de la photo ci-dessus est due à l’ambiance « tamisée » du lieu, qui sans vouloir en rajouter une couche est un peu trop sombre à mon goût…)

Qualité des plats: 2/5

Service/ambiance: 2/5

Rapport qualité/prix: 1/5

Moyenne: 1,7/5

Voilà, j’espère que cette revue vous aura plu et vous permettra d’éviter des adresses décevantes, tout en vous permettant d’en découvrir de nouvelles ! REtrouvez les actus du blog sur facebook, twitter et hellocoton ♥