Bien Elevé, Paris 9: des plats bien dressés

bien élevé paris 9

« Viande de qualité », lit-on sur le logo de Bien Elevé, restaurant à la façade bleue en plein coeur du 9e arrondissement de Paris. Au sein des murs aux pierres apparentes, des tables en bois, des chaises design, et une décoration sobre et soignée. Pourtant, ici, on ne fait pas de la dentelle ! Le lieu est le nouveau repaire des carnivores du quartier. En guise d’amuse-bouche, on se fait les dents sur un tataki de faux-filet Angus (9€), on enchaîne sur un tartare de boeuf Angus fumé, jaune d’oeuf parfait, os à moelle, noix de cajou, échalotes, ketchup (10€), ou on craque pour une entrée du jour aux touches végétales – ce midi, salade de tomates anciennes, burrata crémeuse et pesto, ou pour la fraîcheur de la soupe coco concombre, mousse d’orties, chair de crabe (10€). Le service est discret et efficace, et l’on nous sert rapidement le plat. Si jamais certains trouvent quand même le temps long, une généreuse corbeille de pain rustique régulièrement remplie vient combler le manque.

bonne bidoche

Au menu en ce jeudi ensoleillé, bavette et ses poireaux vinaigrette à la noisette. Le boeuf est fondant, tendre, braisé à l’extérieur, un joli goût de barbecue en arrière-bouche. Les plus gourmands craqueront pour le burger maison au black Angus (17€), relevé de lard grillé et d’une béarnaise. Les viandes sont dites issues de circuits courts – notamment du Châteauneuf (Pas-de-Calais). Au déjeuner, on a les crocs pour le menu entrée-plat du jour à 19€, copieusement servi. Chez Bien Elevé, tout est bien exécuté, et on a hâte de revenir voir si les desserts sont tout aussi bien dressés !

Bien Elevé Paris 9

Bien Elevé Paris 9

Bien Elevé Paris 9

Bien Elevé Paris 9

♡ Vous connaissiez cette adresse ? Vous avez envie de la découvrir ? Suivez le blog sur FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR NE RIEN RATER DES NOUVELLES PUBLICATIONS ! ♡

Instants nantais: balade photographique

Une balade sur les bords de Loire, à Nantes, et un peu plus loin, à l’ouest sur l’île de Noirmoutier, et au nord autour de La Baule. C’est parti pour un itinéraire photographique, à la découverte de jolis coins nantais et d’ailleurs !

Premier arrêt: Trentmoult ! Joli village de pêcheurs accessible en bateau (« Navibus« ), que vous empruntez depuis la gare maritime de Nantes, pour le prix d’un ticket de bus. Dix minutes plus tard, arrivée sur un coin de terre coloré et trèèèèèès calme. Au détour des ruelles bleu klein et rouge framboise, vous tomberez sur un chat qui fait la sieste, des enfants qui dévalent des collines ou des coins plus street art / underground. L’émerveillement est de tous les instants !

Trentemoult

Trentemoult, ancien village de pêcheurs à dix minutes en bateau de Nantes

trentemoult

Trentemoult, ancien village de pêcheurs à dix minutes en bateau de Nantes

Trentemoult

Trentemoult, ancien village de pêcheurs à dix minutes en bateau de Nantes

Hors de question de passer un week-end nantais sans goûter aux spécialités locales ! Au menu, galettes, pâtisseries de chocolatier et salon de thé cosy !

sugar blue café

Sugar Blue Café – 4 Rue de l’Arche Sèche, Nantes

Sugar Blue Café

Sugar Blue Café – 4 Rue de l’Arche Sèche, Nantes

Vincent Guerlais

Macaron framboise – yuzu de chez Vincent Guerlais – 11 rue Franklin, Nantes

le coin des crêpes

Le coin des crêpes – 2 Rue Armand Brossard, Nantes

Une fois que vous aurez fait le tour des spots nantais, cap sur l’ouest ! Vous pouvez vous rendre sur l’île de Noirmoutier en car, ou en voiture. Si vous optez pour la deuxième option, n’hésitez pas à emprunter le passage du Gois en basse marée: vous y découvrirez les joies de la pêche à pied.

bois de la chaise

Bois de la Chaise – Île de Noirmoutier

Bois de la Chaise

Bois de la Chaise – Île de Noirmoutier

Non loin de là, une jolie ville et son port agréable: Saint-Gilles-Croix-de-Vie ! Pour vous restaurer, je vous conseille le restaurant « Les Océanides » (2 Place du Marché), de très bons produits, des portions généreuses, et un excellent rapport qualité(quantité)-prix ! La présentation est un peu kitsch mais le goût est là !

Saint-Gilles-Croix-de-Vie

Saint-Gilles-Croix-de-Vie

Toujours dans l’optique de quitter Nantes, une balade le long de la « côte sauvage » s’impose ! On parle là de la partie guérandaise de la côte, qui comprend la presqu’île du Croisic, à savoir le Croisic, Batz-sur-Mer et le Pouliguen. Vous aurez peut-être la chance de tomber sur un fest-noz dans un village, d’admirer un concours de danses traditionnelles en vous sustentant d’une généreuse crêpe au caramel beurre salé ou d’un kouign amann.

Le Croisic

Le Croisic

Batz-Sur-Mer

Batz-Sur-Mer

Batz-Sur-Mer

Batz-Sur-Mer

♡ CES CLICHES NANTAIS VOUS ONT PLU ? RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR NE RIEN RATER DES NOUVELLES PUBLICATIONS ! ♡

Tavline, temple israélien des épices, Paris 4

tavline

« Tavline veut dire épices en hébreu, et sur la deuxième page du menu on vous explique toutes les épices qu’on met dans nos recettes. » C’est ainsi que l’on est accueilli chez Tavline, par Keren Benichou. Son restaurant israélien a ouvert il y a trois mois dans le Marais, à Paris. Depuis, la petite salle d’une trentaine de couverts ne désemplit pas. Pour goûter aux plats concoctés par le chef Kobi Villot-Malka dans sa cuisine ouverte, il faudra impérativement penser à réserver. Une fois arrivé, on vous installe sur l’une des tables en bois disposées en enfilade de chaque côté de la pièce. Il ne faudra pas parler trop fort sous peine de déranger vos voisins…

Le menu est court, mais appétissant. En entrée, on peut piocher parmi le houmous Asli, l’aubergine brûlée, le chou-fleur et la patate douce rôtis, la foccacia ou encore le « Selek lavan », à base de betteraves et labané (fromage crémeux réalisé à base de yaourt). Ou prendre l’assortiment dégustation, copieux et coloré. Le houmous est délicieux, goûteux et crémeux, servi avec deux types de pains chauds à tremper dans la préparation. L’entrée en matière ouvre les appétits.

tavline

Le choix parmi les plats est plus restreint, mais varié: Ktsitsot daguim, Shakshouka (16 euros), Memoulaïm ou Yam yabasha (18 euros). Poissons et viandes, en somme. Pour ma part j’opte pour la Shaskshouka « verte », un plat d’oeufs cuits au four avec des épinards et de la feta. Les oeufs sont bien cuits, encore un peu coulants, les épinards ont du goût, sont bien relevés, j’ai presque du mal à terminer. Quelques grains de grenade apportent du peps et de la fraîcheur au tout, très appréciable.

tavline

Mon accompagnateur gourmand du soir a lui opté pour le Ktsitsot daguim, des boulettes de poisson épicées à la marocaine, servies sur leur lit de lentilles au yaourt et citron confit. Trois coups de fourchette plus tard, il ne restait plus rien dans l’assiette…

tavline

Les estomacs bien remplis, on regarde avec délectation le gâteau au chocolat coulant à souhait et servi directement du plat dans l’assiette. Une tuerie qu’on ne manquera pas de venir goûter lors d’une prochaine escapade israélienne… en plein coeur de Paris.

INFORMATIONS PRATIQUES

TAVLINE

25 rue du Roi de Sicile, 75 004 PARIS, ouvert du mardi au samedi de 12h à 14h, et de 19h30 à 22h.

♡ RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR NE RIEN RATER DES NOUVELLES PUBLICATIONS ! ♡

Les petits princes, Suresnes: copieux et délicat

Les petits princes, petite pépite découverte la semaine dernière au milieu d’une zone de bureaux à Suresnes. Aux commandes de ce restaurant tout neuf, le chef Rémy Danthez. En salle, Arnaud Duhem, grand nom de l’univers hôtelier, passé notamment par l’hôtel Costes, le Martinez, ou encore le Shangri-La à Paris.

Le midi, toutes les tables sont prises, « on est complet plusieurs jours à l’avance », nous apprend-t-on. De l’utilité de réserver en amont. Une fois le précieux sésame obtenu, on pousse les portes de la petite salle aux murs bruts. Seul bémol: la taille des tables, et l’écart entre celles-ci, trop resserré. On se sent un peu à l’étroit pour débuter le repas. Bientôt, le sous-sol deviendra un nouvel espace de restauration en soirée, privatisable, pour les groupes.

Au-dessus de nos têtes trône une aile d’avion, comme une promesse de légèreté pour le premier round de la carte. Au menu, soupe de poireaux et épinards qui vient faire fondre une quenelle de chèvre aux fruits secs. De petits oignons frits viennent relever le tout, ça croustille, on adore.

IMG_9158

Autre entrée proposée, une terrine copieusement servie, pas trop grasse, bien goûteuse. Rien à redire. D’autant que le pain servi à table est un vrai régal: une mie fondante, une croûte croustillante, c’est un vrai régal. La bonne surprise ? Il est livré chaque matin par Frédéric Lalos, meilleur ouvrier de France.

IMG_9157

Et la gourmandise se confirme au moment du plat: au choix, un parmentier de joue de boeuf, ou merlu, orechiette aux coquillages (mes pâtes préférées !), et jus de chlorophylle. Le poisson est bien cuit, les saveurs sont équilibrées, les pâtes pas assez fermes. Dans la bouche, c’est délicat, ça sent la mer mais pas trop…

IMG_9160

IMG_9161

Le clou du repas: je commande la mousse au chocolat. Vous savez ma passion pour le corsé, le chocolat qui a du caractère. J’ai donc logiquement été déçue par cette mousse plutôt sucrée, qui plaît sûrement au plus grand nombre, mais qui ne m’a pas laissé un souvenir indélébile. En revanche, mes aïeux !! Le riz au lait de la maison, surmonté de fruits secs, et sa généreuse sauce au caramel, CA je m’en souviendrai. Ironie du sort, je n’aime pas le riz au lait en temps normal. Mais je me suis laissée tenter, car le spécialiste de la recette a tranché: « sublime » ! Rien que ça.

Il faut chercher un peu de place dans son estomac pour se régaler des cannelés maison apportés avec le café. Une douce attention qui clôture un repas sans fausse note ! Pas de fausse note non plus du côté de l’addition, 22 euros pour la formule entrée-plat ou plat-dessert, 29 euros pour la totale. Qui dit mieux ?

IMG_9165

IMG_9167

INFOrmationS pratiques

LES petits princes

26 rue du Val d’Or, 92 150 SURESNES, ouvert tous les jours sauf le samedi midi, le dimanche et le lundi soir.

♡ RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR PLUS DE BONNES ADRESSES ! ♡

Mio posto, un delizio (Paris XI)

mio posto

Mio posto, c’est LA nouvelle adresse italienne dans le XIème arrondissement de Paris. Impossible de passer à côté si vous êtes un(e) foodista de la capitale, c’est tout le gratin branché de la ville qui semble s’être donné rendez-vous en ce samedi soir. Une clientèle jeune, entre amis ou en couple… ici on déguste principalement des pâtes et des pizzas. Tout comme chez le grand frère de l’enseigne, Il Posto, dans le XXème.

Dans un cadre branché – qui ressemble à tous les autres, les serveurs vous accueillent tout sourire, de leur accent chantant tout droit venu d’Italie. Les gourmands font la queue inlassablement, mieux vaut donc réserver (prends-en de la graine Big Mamma, toi et tes files d’attente interminables !) En entrant dans le restaurant, j’ai été surprise par le volume sonore, la salle est grande et les tables rapprochées… on s’y habitue finalement, au fur et à mesure du repas.

Les plats sont servis assez rapidement, et ce malgré l’affluence. Ils sont servis dans une jolie vaisselle colorée. Le petit plus ? Le parmesan râpé minute sur vos pâtes, à votre convenance. Au menu ce soir, tortelloni farcis au potiron, beurre de sauge et biscuits amaretti, agnolotti farcis à la viande, épinards, ou encore pizza capricciosa, « ragoût de tomate, mozzarella, jambon blanc, champignons, olives et petits artichauts des Pouilles ». Tout un programme. Les pâtes sont généreusement servies, bien cuites, goûteuses. Un peu trop de beurre dans l’assiette de tortelloni à mon goût… mais ce n’est qu’un détail.

mio posto

mio posto

mio posto

mio posto

Au rayon desserts, il va falloir accrocher votre estomac pour l’énoooorme part de tiramisu, commandé avec fébrilité. Car un tiramisu se doit d’être léger, équilibré entre la crème et le biscuit. Celui-ci ne doit pas être trop imbibé, et surtout pas par un café trop fort. Toujours compliqué de faire confiance à ce dessert dans un lieu qu’on découvre, mais pas de fausse note pour ce tiramisu façon Mio Posto… Moins convaincue par la panna cotta de mes amies, noyée sous un déluge de fruits rouges entiers… moins appétissante, mais visiblement dégustée avec envie par mes compères !

mio posto

mio posto

Déjà l’heure de l’addition… pas trop salée ! Comptez autour de 15 euros pour un plat, 6 euros le verre de vin, et 7-8 euros pour un dessert. On reviendra pour sûr chez Mio Posto tester leurs antipasti et leurs cocktails, apparemment très prisés !

Informations pratiques

Mio Posto

24 rue Keller, 75 011 PARIS, ouvert tous les jours de 18 heures à 1 heure.

♡ RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR ENCORE PLUS DE BONNES ADRESSES ! ♡

Stockholm en trois jours (cityguide)

stockholm

Mamma mia, here I go again… mamma, how can I resist you… Et surtout comment résister à Stockholm, la ville aux nombreuses îles, à l’architecture si variée et à la météo si… nordique. J’ai profité du long week-end du 1er novembre pour partir, destination le grand nord. Je n’avais jamais mis un pied en Scandinavie, mais je suis immédiatement tombée sous le charme de cette partie du globe. Et ce dès l’atterrissage, au milieu d’une forêt qui avait revêtu ses plus belles couleurs d’automne.

stockholm

Les suédois dégagent une incroyable sérénité. Dans les transports, pas de rush, les gens sont polis, prennent le temps. Autant vous dire que mes vieux réflexes de parisienne stressée ont été bouleversés. Mais quel bonheur de se sentir si apaisé. Cette sérénité et ce calme imprègnent tous les lieux, que ce soient les bars, les cafés ou les restaurants.

stockholm

Où MANGER A STOCKHOLM

Taverna brillo, Sturegatan 6

Un chouette restaurant italien avec une carte des vins incroyablement riche (tellement qu’on a payé 15 euros le VERRE de Sancerre affiché à 5 euros, vilaine erreur…). Les pizzas sont bonnes, les serveurs sympathiques, le cadre charmant.

stockholm

stockholm

Café Schweizer Konditori, Västerlanggatan 9

Après notre visite du Palais Royal, grosse faim. Nous avons atterri (volontairement) dans ce café non loin. Vous commandez au comptoir, les parts sont généreuses, les produits – tartes, soupes, sandwichs… frais. Le kanelbullar y est excellent.

img_8602

img_8600

Pet Sounds Bar, Skanegatan 80

Petit havre de chaleur lorsque les températures sont glaciales… On y trinque à la bière, principalement, au rythme de chanteurs et musiciens qui peuvent se produire à ce moment-là…

fullsizerender-5

Primo Ciao Ciao, Sjövikstorget 4

Si la pause shopping s’impose, n’hésitez pas à vous rendre au centre commercial « Liljeholmstorget », non loin du centre-ville de Stockholm en métro. Au cœur du quartier d’affaires, cette petite adresse italienne est bon marché et délicieuse. L’accueil y est chaleureux, et les portions bien généreuses.

stockholm

Supper, Tegnérgatan 37

Cette adresse, on ne voulait pas la rater, et nous avions du nez. Du cocktail au dessert, pas d’erreur. Ce restaurant sud-américain propose une large carte de tapas, de toutes tailles. Quelques cocktails, pour le moins originaux, sont proposés, ainsi que plusieurs desserts. Seul bémol sur le gâteau au chocolat, un peu sec, comme s’il n’était pas du jour… le ceviche qui le précédait était bien meilleur, frais et justement assaisonné. Coup de coeur AB-SO-LU pour les frites de patate douce.

img_6218

fullsizerender-3

fullsizerender-4

Vete-Katten, Sergels Torg

Idéalement situé dans la gare de T-Centralen, un petit coin sympathique pour prendre un café, et déguster un petit kanelbullar (ma nouvelle passion dans la vie).

img_6241

Quelques remarques sur la restauration en Suède: le soir, il faut impérativement réserver si vous voulez être sûrs d’avoir une table. Nous ne l’avons jamais fait, mais faisions en sorte d’arriver très tôt, ou de prendre un verre avant pour dîner ensuite.

Concernant les prix des menus, disons qu’ils collent au niveau de vie suédois, assez élevé.

à VOIR à STockholm

Le Palais Royal

img_6138

img_6139

img_6143

img_6147

La relève de la garde

Tous les jours, mais elle est plus longue et plus impressionnante le dimanche. Pendant une heure, dès 13h environ, les gardes royaux présentent leurs chants traditionnels.

img_8596

Gamla Stan, le centre historique de Stockholm

img_6205

img_6206

Södermalm

Le quartier le plus en vue de Stockholm, avec ses boutiques design et ses cafés peuplés de « hipsters ». Un superbe point de vue sur toute la ville et ses alentours: Skinnarviksberget (atchoum) !

img_8603

img_8609

Pas de visite de musée lors de ce court séjour, plus par manque de temps / motivation que par manque d’envie. Si je devais y retourner, je ne manquerais pas le musée Nobel et le musée moderne de Stockholm. Faites-y un tour pour moi !

informations pratiques

Se rendre à Stockholm

On prend l’avion depuis Paris (Beauvais pour les petits budgets, Charles-de-Gaulle si vous avez plus de moyens). Je suis pour ma part arrivée à l’aéroport Arlanda, en partant de Roissy. Pour rejoindre le centre-ville, j’ai opté pour le train (« l’Arlanda Express ») à l’aller, et le bus au retour. Une différence de temps de trajet (20mn en train, 50 en bus), mais aussi de tarifs (comptez 260SEK – 26 euros – pour le train, 119SEK – 11,90 euros – pour le bus).

Se déplacer à Stockholm

Dans le centre-ville, tout se fait aisément à pied, Stockholm étant une ville à taille humaine. En revanche, changement de quartier = trajet en métro ! En revanche, changement de quartier = trajet en métro ! Le plus simple, et je vous le conseille, est de prendre une carte de métro à la journée ou à la semaine (« access ») selon le temps que vous voguerez en ville. Tout est bien signalé dans les stations, et contrairement aux transports parisiens: tout roule !!

Payer en Suède

 Les Suédois n’ont pas l’euro, il faut donc changer de monnaie, avant de partir ou sur place. Pour ma part, j’ai retiré de l’argent en couronnes suédoises une fois à Stockholm. Un seul gros retrait, pour éviter des frais trop importants de la part de ma banque…

J’espère que ce guide vous a plu, donné envie de partir découvrir Stockholm ! Pour ma part, j’ai très envie de retourner dans cette région très rapidement… Suède une nouvelle fois, Oslo, Finlande ? Seul l’avenir nous le dira… 

♡ RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR NE RIEN RATER DES NOUVELLES PUBLICATIONS ! ♡

Les amis des Messina, rois de la pasta

les amis des messina

Les amis des Messina, petite adresse italienne en plein coeur de Paris, attire les gourmands du quartier du Sentier, et d’ailleurs.

Sur les murs, des étagères remplies de produits qui sentent bon la Sicile: pâtes à tartiner, vinaigre, conserves, chocolat…

Idem sur un comptoir garni de fromages, de charcuteries et autres préparations méditerranéennes.

DES PLATS SAVOUREUX

les amis des messina

Dans les assiettes, une Buffala fondante et crémeuse accompagnée de ses légumes grillés, des raviolis aux tomates et à la mozzarella, des cannellonis aux épinards et à la ricotta, ou des tortiglioni à l’encre de seiche.

les amis des messina

les amis des messina

Dans le ventre, plus de place pour goûter aux desserts à base de café ou de citron. A moins d’avoir délibérément décidé de revenir plus tard pour y goûter.

les amis des messina

Les amis des Messina, restaurant italien rue Réaumur dans le IIIème arrondissement de Paris (une adresse existe aussi rue du faubourg Saint-Antoine), accueille les gourmands dans un cadre chaleureux et branché.

Au niveau des prix, comptez une vingtaine d’euros pour une formule entrée-plat ou plat-dessert le midi, café compris. Des tarifs raisonnables pour des portions généreuses.

les amis des messina

Cette adresse vous tente ? Connaissiez-vous les amis des Messina auparavant ?

♡ RETROUVEZ LE BLOG SUR FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM POUR NE RIEN RATER DES NOUVELLES PUBLICATIONS ! 

Cityguide: un week-end à Nantes

Des copines, du soleil, et de gros fous rires. Voilà comment on pourrait résumer le dernier week-end d’août passé à Nantes. Un séjour organisé sur un coup de tête, qui a filé à toute vitesse. Heureusement, grâce à notre guide locale qui connaît la ville comme sa poche, nous avons fait le tour des lieux à voir, des restos sympas où se poser, et des endroits à visiter.

Nantes est une ville dynamique, vivante, en somme un lieu où je me vois bien poser mes valises un jour. Le dimanche, les rues sont calmes mais les passants se baladent entre les places, les passages et les cafés nantais.

Deux jours sont suffisants pour survoler la ville, capter l’ambiance, mais il faudra y retourner pour visiter Nantes plus en détails…

Vous retrouverez toutes les adresses à la fin de l’article, sur une carte !

A VOIR A NANTES

machines nantes

Les machines de l’île de Nantes sont une institution touristique depuis plusieurs années dans la ville. Qui n’a pas déjà vu des clichés de l’éléphant se baladant dans les rues nantaises ? Nous sommes tombées dessus par hasard, et avec la chaleur qu’il faisait (c’était encore l’été…), la fraîcheur procurée par l’impressionnant animal était bienvenue.

anneaux buren nantes

Non loin de là, sur les bords de Loire, les anneaux de Buren. De nuit, colorés, ils illuminent la ville.

manège nantes

Autre création du Voyage à Nantes le carrousel des Mondes Marins. Pour les amateurs de Jules Verne, assurément !

potager cantine nantes

Baby-foot, transats colorés, vue sur la Loire… la Cantine du Voyage à Nantes accueille petits et grands prendre un verre et manger un bout !

cathedrale

Petit détour obligatoire pour admirer l’imposante façade de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul… Puis prendre quelques minutes pour monter sur les remparts du château des Ducs de Bretagne.

chateau ducs de bretagne

chateau ducs de bretagne

BIEN MANGER A NANTES

img_8296

L’adresse qui me paraissait incontournable à Nantes, c’était assurément L’Epicerie. Depuis des années, je voyais des photos de leurs alléchantes tartines sur l’Instagram de Pauline. Grosse régalade au programme, avec des recettes gourmandes comme saumon, raifort et câpres, ou tomates, mozzarella, pesto.

img_8297

Le soir, destination crêperie, et une petite pépite en plein centre-ville: la cantine du Curé ! Des galettes bien garnies, des crêpes succulentes, un cidre artisanal à tomber par terre… On recommande !

cantine du curé nantes

OU BOIRE UN VERRE A NANTES ?

Les bars sont légion à Nantes. Toutefois, pour prendre de la hauteur, et déguster des cocktails avec une vue panoramique sur la ville, cap sur Le Nid, situé au 32ème étage de la tour de Bretagne.

OU SHOPPER A NANTES ?

Des livres du sol au plafond, une variété d’ouvrages impressionnante, un aménagement clair et une douce odeur de pages imprimées… Bienvenue à la librairie Coiffard, créée en 1919. Le temps à l’intérieur semble figé, l’ambiance est studieuse, et on se voit mal ressortir de cette bibliothèque géante en bois sans rien acheter…

Le printemps de Marnie, également située en centre-ville, est une boutique d’accessoires et de décoration. Petits bijoux de créateurs côtoient sacs amusants, cartes rigolotes et objets de décoration divers et variés… Là encore, difficile de ressortir de cette caverne d’Ali Baba les mains vides !

Pour du shopping plus groupé, n’hésitez pas à faire un tour du côté du passage Pommeray, où nous avons fait l’ouverture de la boutique de Sostrene Grene, dernier magasin de la galerie.

♡ Retrouvez le blog sur FACEBOOKTWITTER ET INSTAGRAM pour ne rien rater des nouvelles publications ! 

Cityguide – Amsterdam

Amsterdam

De Vincent Van Gogh à Jacques Brel, nombreux sont que la ville d’Amsterdam a inspirés. Inspirées par des billets Thalys à 20 euros (!!!), c’est à cinq filles que nous avons pris le chemin de cette charmante capitale.

IMG_2094

Quatre jours pour découvrir – ou redécouvrir une ville comme c’était notre cas à presque toutes – une ville dans ses moindres recoins, ainsi que ses alentours. De nombreux kilomètres nous attendaient… Pas de quoi nous décourager, surtout sous le beau ciel bleu qui nous a accompagnées jusqu’à notre départ. C’est sûrement ce temps magnifique qui m’a fait tomber amoureuse de cette ville, de ses jolies maisons à taille humaine, de ses canaux paisibles, et même de ses cyclistes fous. Amsterdam est une ville où il fait bon vivre, un havre de paix où respirer est chose aisée tant il y a d’endroits verts.

que voir à amsterdam ?

Températures clémentes aidant, nous avons sillonné Amsterdam uniquement à pied et à vélo. La ville regorge de parcs tout verts, où se prélasser avec un livre et rigoler entre amis. Coup de coeur pour le Vondelpark, où nous avons pique-niqué après notre visite au musée Van Gogh. C’est ce musée que nous avions réservé avant de partir, et le seul que nous avons fait lors de notre séjour. D’abord car l’entrée coûte 17 euros (c’est là que l’on se rend compte de la chance d’avoir des musées gratuits pour les jeunes chez nous…), et ensuite car les nombreux étages du musée nous ont bien occupées une matinée.

Mon endroit préféré de la ville est certainement au Nord, le « NDSM ». Il s’agit de l’ancien site industriel d’Amsterdam, qui a été totalement remodelée. On y trouve désormais des spots branchés où se retrouvent des artistes, le tout décoré à la sauce street-art.

IMG_2008

NDSM

Mon deuxième coup de coeur va à Durgerdam. Situé au nord d’Amsterdam, ce village auquel on a accédé en vélo voit se succéder des maisonnettes toutes plus colorées les unes que les autres. Entre ville et campagne, Durgerdam est synonyme de dépaysement assuré.

IMG_2077

Durgerdam

Durgerdam

Amsterdam regorge aussi de jolies boutiques où faire du shopping. Outre les nombreuses friperies Episode où dénicher de jolies pièces vintage pour pas grand chose, des échoppes comme By Popular Demand (Raadhuisstraat 2). Cartes postales, gadgets, livres… une caverne d’Ali Baba !

où manger à amsterdam ?

Comme dans chaque grande ville, l’on trouve de tout pour se restaurer à Amsterdam. Armées de notre fidèle guide du Routard, nous avons sélectionné chaque adresse selon nos envies du moment. Seul regret, ne pas avoir goûté de plat hollandais traditionnel. Au moins une bonne raison de retourner en terre amstellodamoise !

Nous sommes arrivées à Amsterdam un matin, affamées. Par le plus grand des hasards, nous avons atterri chez Omelegg, une adresse visiblement très courue de la capitale, située à deux pas de notre hôtel. Au menu, de grandes assiettes composées autour d’oeufs. Un excellent rapport qualité / prix, une ambiance très cosy… mais rapidement prise d’assaut, il vaut mieux venir tôt ! En tout cas, nous avons été calées jusqu’au soir.

Omelegg - Nieuwebrugsteeg 24
Omelegg – Nieuwebrugsteeg 24

Le soir justement, après une longue balade dans la ville, nous avons dîné chez Ellis Gourmet Burger. Un « funky chicken burger » plus tard, et la petite troupe repart !

ellis gourmet burger amsterdam
Ellis Gourmet Burger, Prinsengracht 42
Le lendemain, après avoir arpenté le musée Van Gogh, nous avons pique-niqué dans un parc (et pris quelques coups de soleil, ahem). Le soir, nous avons dîné à la IJ-kantine, une ancienne cantine d’ouvriers retapée. Dans nos assiettes, pâtes et salades. Le tout avec une vue à couper le souffle…
IJ kantine amsterdam
IJ-kantine – Mt. Ondinaweg 15-17 (NDSM)

Pour notre avant-dernière journée aux Pays-Bas, nous avons loué des vélos et avons mis le cap sur Durgerdam. Arrivées sur place après avoir pris le ferry gratuit et roulé une dizaine de kilomètres, nous avons déjeuné dans le seul restaurant de la bourgade: « De Oude Taveerne ». Saumon fumé et ses toasts au programme, un vrai régal, avec encore une fois une vue imprenable.

De Oude Taveerne - Durgerdammerdijk 73
De Oude Taveerne – Durgerdammerdijk 73

Au retour, nous avons pris un « petit dessert » au Metropolitan Deli, visiblement le meilleur endroit de la ville où déguster une gaufre. Nocciola maison et chantilly on top, que demande le peuple ?

Metropolitan Deli - Warmoesstraat 135
Metropolitan Deli – Warmoesstraat 135

Enfin, pour notre dernier dîner en ville, nous avons voulu découvrir la cuisine indonésienne du Kantjil & de Tijger. Palais sensibles s’abstenir, la nourriture y est très épicée ! L’addition est quant à elle assez salée, l’endroit se veut huppé. J’avais pour ma part jeté mon dévolu sur l’Ajam Ritja, un plat de poulet cuisiné à la sauce tomate épicée.

Kantjil & de Tijger - Spuistraat 291-293
Kantjil & de Tijger – Spuistraat 291-293

 Voilà de quoi s’occuper pour un court séjour à Amsterdam. Et vous, quelles sont vos bonnes adresses dans la capitale ? Dites-nous tout !

♡ Cet article vous a plu ? Suivez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram ! ♡

 

Le Camion qui Fume – ouverture du restaurant

Le camion qui fume

Une queue de plusieurs dizaines de personnes rue Montmartre, dans le deuxième arrondissement de Paris… C’est ce qui attendait les gourmands venus braver le froid pour goûter les burgers du Camion qui Fume vendredi et samedi midis.

Le camion qui fume

Le fameux food-truck,  imaginé par Kristin Frederick, a ouvert son premier restaurant près des Grands Boulevards. Un restaurant moderne au design épuré. On entre, on commande l’un des menus écrits sur un grand mur blanc, et l’on prend place. Quelques minutes plus tard, l’un des employés du Camion qui Fume qui s’active derrière un grand comptoir couleur acier vous appelle, et vous récupérez votre plat.

Le Camion qui Fume

Au menu, le burger « barbecue », composé de boeuf haché, de cheddar, d’oignons caramélisés et de bacon. Un gros beignet d’oignon vient s’ajouter entre les deux tranches de pain moelleux. Une touche sympa mais mieux vaut l’enlever et le manger à part, le burger est déjà énorme sans.  Le burger est servi avec une généreuse portion de frites maison, savoureuses et croustillantes. On ressort du restaurant Le Camion qui Fume le ventre bien rempli !

Le camion qui fume

Le « barbecue » – boeuf haché, cheddar, bacon, oignons caramélisés

Le camion qui fume

A noter que le lieu semble assez enfants-friendly, avec un menu enfant à moins de dix euros. Les bambins étaient d’ailleurs nombreux samedi midi, lors du deuxième jour de l’ouverture.

Le Camion qui Fume

Comptez entre 12,9 et 14,9 euros le menu avec hamburger, accompagnement et boisson. Good appetite ! 

Pour encore plus de bonnes adresses, retrouvez le blog sur Facebook, Twitter & Instagram !