J’ai aimé #1 – janvier 2016

Tout d’abord, laissez-moi vous souhaiter mes meilleurs voeux pour 2016. Que cette nouvelle année soit riche, belle, heureuse, et remplie d’amour. J’ai aimé ces derniers jours qui ont défilé à toute vitesse, les projets enthousiasmants qui s’accumulent, même si trouver du temps pour cuisiner de bons petits plats devient difficile. Mais j’ai quelques recettes à préparer de toute urgence, on en reparlera bientôt !

Ce début d’année est l’occasion d’inaugurer une nouvelle rubrique sur le blog. Une fois par mois, je vous présenterai cinq choses que j’ai aimées les semaines passées. Un beau moyen de vous faire part de mes bons plans et de vous faire découvrir des choses autres que la cuisine, de manière plus exhaustive que sur Twitter et Instagram. Alors commençons sans plus tarder avec ce qui m’a plu depuis les fêtes jusqu’à aujourd’hui.

J’ai aimé… #1: passer le Nouvel An en Normandie…

…à seulement quelques kilomètres de Paris. Un séjour pas si reposant finalement, pour commencer 2016 du bon pied, dans un état d’esprit apaisé, et avec quelques kilos en plus (#teamraclette)

Feu de cheminée

Normandie Nouvel an

Dog

Clafoutis

J’ai aimé… #2: me remettre au sport !

Depuis la rentrée en septembre, j’avais à peine eu l’occasion de retourner à la piscine, et c’est tout juste si je suis allée courir quatre fois en quatre mois. Et puis la perspective de se délecter de bons dîners en rentrant du sport représente une motivation non négligeable ! Regardez-moi cette petite tartine nordique avec du bon pain Poilâne…

tartine nordique pain poilane

J’ai aimé… #3: dénicher une nouvelle adresse

Un endroit où se poser entre copines et se raconter nos vies autour de délicieuses boissons chaudes.

Shakespeare&co café

Shakespeare&co café 37 rue de la Bûcherie, Paris V

Shakespeare&co café

FullSizeRender-5

J’ai aimé… #4: traîner mes fesses au musée.

Au programme, deux expos fin décembre: Elisabeth Vigée Le Brun au Grand Palais, et la rétrospective Martin Scorsese à la Cinémathèque Française. Deux époques, deux arts, deux moments sympas.

Vigée Le Brun Grand Palais

Exposition Elisabeth Louise Vigée Le Brun au Grand Palais

Scorsese Cinémathèque Française

Mean Streets – Martin Scorsese @ la cinémathèque française

FullSizeRender-3

Exposition Martin Scorsese @ la cinémathèque française

J’ai aimé… #5: réaliser de chouettes reportages.

D’un reportage télé sur la fête hindoue de Pongal en passant par un reportage photo dans une chocolaterie, à un reportage radio sur la réouverture du Carillon à Paris… les dernières semaines n’ont pas été de tout repos, mais elles ont été extrêmement enrichissantes. Je vous en reparlerai probablement ici très bientôt… stay tuned !

Et vous, que vous a apporté ce début d’année ? Quelles sont vos bonnes résolutions pour cette nouvelle année ? Dites-nous tout !

2015

2015

Source: We Heart It

Voici venu le moment du bilan de cette nouvelle année passée. Comme l’an dernier, je ressens le besoin de coucher sur le papier ce que m’ont apporté ces derniers mois, ce que j’ai vécu, ressenti. Le besoin aussi de réfléchir aux événements qui m’ont touchée et qui ont touché le monde.

A titre personnel et à titre collectif, cette année 2015 aura été pleine de chamboulements, d’émotions, de bouleversements et de passion. Elle restera dans la mémoire collective comme une année où le pire s’est produit. Dans ma mémoire, 2015 sera l’année des nouveaux départs, des nouvelles amitiés, des nouveaux projets. Même si les événements tragiques survenus en France en janvier et en novembre resteront toujours dans un coin de ma tête, je refuse de ne me souvenir que de cela. Une seule chose est sûre en tout cas: cette année est passée à la vitesse de l’éclair.

Cette année, j’ai pleuré. J’ai ri. J’ai aimé. J’ai voyagé. J’ai marché pour la liberté. J’ai sué. J’ai appris. J’ai douté. J’ai compris. J’ai grandi. Je suis tombée, plus d’une fois. Et on m’a aidée à me relever. Je retiendrai de cette année, au delà des peines et des déceptions, beaucoup d’amour, toujours plus que les années précédentes.

Au printemps, je suis montée en altitude lors d’une semaine au ski entre amies. Le temps de me requinquer avant de faire ce que l’on a appelé « le tour de France des écoles de journalisme » avec ma copine Daria. Nous avons triomphé de ces concours épuisants et en sommes ressorties éreintées mais plus fortes que jamais. Je me suis reposée à Rouen, puis à PornicCet été, je me suis baladée à Londres, puis dans le Sud de la France, entourée de mes amis, de ma famille. J’ai pris le temps de lire, de découvrir des endroits inconnus, de goûter à de nouvelles choses. A la rentrée, j’ai intégré une nouvelle école, où j’ai commencé à apprendre mon futur métier. Je me lève chaque matin avec une passion dévorante pour ce que je fais, et une envie plus forte que jamais d’aller au bout des choses. J’y ai rencontré des personnes formidables qui me font grandir un peu plus chaque jour. Cet automne, j’ai eu peur et j’ai pleuré pour Paris, pour les victimes de la barbarie. Mon amour pour la capitale a doublé, et c’est avec d’autant plus de plaisir que je m’y promène au quotidien, découvrant par ci par là une ruelle, un magasin, un café.

Ski

Les Menuires, février 2015

Marseille

Marseille, juin 2015

Londres

Londres, été 2015

Paris

Saint-Michel, Paris, juillet 2015

Isle-sur-la-Sorgue, août 2015

Isle-sur-la-Sorgue, août 2015

Pour 2016, je souhaite à tous plus de paix, plus de douceur, plus d’amour. Nous n’en avons jamais eu tant besoin. En 2016, je voudrais voyager encore plus, m’échapper à la mer, découvrir de nouvelles villes, de nouveaux pays, voire de nouveaux continents. En 2016, je voudrais réussir à passer plus de temps avec mes proches, sortir plus, aller à la rencontre de l’autre. En 2016, je voudrais découvrir de nouveaux plats, de nouvelles saveurs, de nouveaux chefs, afin de satisfaire mes appétits culinaires.

Paris

Et vous, que peut-on vous souhaiter pour 2016 ? 

Detox après les fêtes: la salade miracle

salade saumon detox

J’espère tout d’abord que vous avez passé un joyeux Noël, un bon réveillon entourés de vos proches, et que vous avez été bien gâtés. A la maison nous avons bien festoyé, bien bu et bien mangé, avant d’ouvrir les cadeaux et jusqu’au lendemain. Si bien qu’aujourd’hui, le 26, le besoin de manger léger et de se reposer se fait sentir. Mais pas de crainte, car j’ai pour vous la recette de la salade miracle qui va agir bénéfiquement sur votre peau et sur votre estomac. De quoi vous requinquer afin d’être dans les starting blocks pour le Nouvel An !

L’idéal pendant les périodes de fêtes de Noël et de la Saint-Sylvestre, comme l’expliquait ce matin un médecin nutritionniste sur France Info, est de boire beaucoup d’eau. En tisane, ou tout simplement de l’eau en bouteille, cela va redonner de l’éclat à votre peau et faciliter votre digestion. On misera également sur une bonne consommation de fruits et légumes, gorgés d’eau eux aussi… et on zappera les chocolats ainsi que l’alcool pour quelques temps.

Je vous propose donc aujourd’hui une salade à base de saumon (idéale pour recycler les restes de votre entrée de Noël), d’agrumes, de salade et de céréales. Cette salade ne prend qu’une vingtaine de minutes à préparer, vaisselle comprise, et il est déjà temps de la déguster! Allez, on prend son courage à deux mains pour s’y mettre et on file en cuisine !

Pour deux personnes:

Quatre tranches de saumon fumé

150g de mélange boulgour et quinoa

1 pamplemousse

Quelques poignées de salade mélangée (de quoi terminer le saladier qui accompagnait le fromage !)

Le jus d’1/2 citron vert

Des graines de sésame et de courge

  1. Couper les tranches de saumon en fines lamelles, ou les rouler pour en faire des petits rouleaux.
  2. Laver le pamplemousse, le couper en deux, et en prélever les quartiers. Conserver le jus, délicieux à boire seul. On pourra l’utiliser comme sauce si on le souhaite.
  3. Cuire le mélange de céréales selon les indications du paquet (en général 10-12 minutes dans de l’eau bouillante). Rincer à l’eau froide.
  4. Laver la salade, et dresser: disposer joliment dans une assiette creuse la salade, les céréales, les rouleaux de saumon et les quartiers de pamplemousse. Assaisonner du jus de pamplemousse et du jus de citron vert, saler, poivrer, et parsemer de graines de sésame et de courge: c’est prêt !

salade saumon detox

salade saumon detox

salade saumon detox

salade saumon detox

Alors, cette recette vous a-t-elle plu ? Pour accompagner cette recette, on a craqué sur une boisson chaude détoxifiante inspirée par Margot ! Et vous, quelles sont vos recettes detox pour gommer les excès des fêtes ?

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour toujours plus de douceurs & de gourmandises: sur Facebook, Twitter & Instagram !

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d’année

Fêtes1

Un petit mot par ici pour vous souhaiter, chères lectrices et chers lecteurs, d’excellentes fêtes de fin d’année. Que celle-ci soit remplie d’amour et soit propice aux retrouvailles avec ceux qu’on aime. Je vous souhaite beaucoup de douceur, de bonheur, et espère que ces fêtes seront gourmandes. Comme l’an dernier, je prendrai le temps de faire un bilan de cette année 2015, qui restera dans la mémoire collective comme une année bien triste, mais qui a également apporté son lot de jolies nouvelles.

A la maison, nous avons passé notre dimanche à remplir le frigo pour les fêtes de Noël et à décorer l’intérieur et le sapin tout frais. J’ai déposé ma licorne dans ses branchages, on a allumé des bougies aux senteurs hivernales, et on s’est préparé du thé noir de Noël. Puis l’on a dégusté des petits sablés au citron et à la vanille, préparés avec amour. Le tout avant de se blottir sous un plaid pour regarder un film classique des fêtes (mon préféré restera toujours Home Aloneet vous ?) Quoi qu’il en soit, attention aux crises de foie et à la surconsommation de champagne, et à très vite ici pour de nouvelles recettes et gourmandises !

Fêtes2

5 idées cadeaux à offrir à Noël à un foodie

Je ne sais pas vous, mais pour ma part j’ai déjà commencer à réfléchir à ce que j’allais offrir à mes proches pour Noël, et aussi – je l’avoue, à ce que je voudrais mettre sur ma liste ! Si jamais vous cherchez des idées de cadeaux pour un « foodie », un amateur de cuisine et de gastronomie, voilà qui devrait vous donner quelques pistes !

❆  Un joli livre de cuisine… mais pas de recettes !

anne sophie pic

C’est personnellement le cadeau qui me fait le plus envie dans ceux présentés ici ! Pour tout vous dire, c’est aussi celui que j’ai mis en premier sur ma liste: le dernier livre d’Anne-Sophie Pic, Elements de conversations culinaires ! J’ai déjà en ma possession plusieurs livres de la chef renommée, que j’avais eu la chance de rencontrer il y a quelques années (souvenez-vous…). Ce sont tous des mines de renseignements, d’astuces, le tout joliment illustré par des photos très gourmandes. Nul doute que ces éléments de conversations culinaires égayeront mes longues soirées d’hiver au coin du feu… et les vôtres aussi, peut-être ?

❆  De chouettes tasses

Crédits photo: Minimall

Crédits photo: Minimall

Je ne sais pas vous, mais pour moi il est im-pé-ra-tif, pour bien commencer la journée, de prendre mon café dans une jolie tasse. Idem le soir, je savoure bien plus une tisane dans de la jolie vaisselle ! Alors quand j’ai vu ces deux tasses « mine » & « yours », j’ai tout de suite eu un coup de coeur !

❆ Un DVD relatant une jolie histoire qui donne envie d’ailleurs

the lunchbox

« The Lunchbox » est un film indien réalisé par Ritesh Batra. Il raconte l’histoire impromptue entre un homme et une femme en Inde, qui communiquent via des boîtes déjeuner. Un bon moyen de découvrir un pan de la culture indienne qui m’attire tant, et ses traditions. Et de quoi passer une chouette soirée télé, accompagnée de spécialités indiennes, bien sûr !

❆ Des cosmétiques aux senteurs gourmandes

Crédit photos: L'Occitane

Crédit photos: L’Occitane

Cette année, le pâtissier Pierre Hermé s’est associé à l’une de mes marques de soins préférées, L’Occitane. Cela donne une collection ultra-gourmande aux saveurs fruitées et florales. La grande fan de leurs crèmes pour les mains que je suis a énormément hâte de découvrir tout ça !

❆ Et si vous apportiez le dessert ?

Parce que finalement, rien de mieux que de partager un moment gourmand autour d’une part de bûche ou d’entremets, pourquoi ne pas succomber à l’une de celles proposées par nos chefs cette année ? Le Mr Kristmas de Christophe Michalak, par exemple, ou l’un des autres desserts tout aussi appétissants présentés par Mercotte !

Et vous, que souhaiteriez-vous voir sous le sapin cette année ? ces idées cadeaux vous inspirent-elles ? Dites-nous tout !

Thalasso à Pornic

thalasso pornic

Ces derniers jours, l’envie de partir loin de Paris se ressourcer se fait de plus en plus sentir. Entre les événements survenus la semaine dernière, l’ambiance morose qui s’est installée depuis et les journées qui raccourcissent, je n’ai qu’une envie: passer un week-end calme et déconnecté de tout.

Comme partir loin ne fait pas partie de mes projets sur le court terme, j’ai décidé de vous parler aujourd’hui de la parenthèse enchantée que j’ai vécue il y a plusieurs mois, en plein milieu de mes concours. Nous sommes parties trois jours avec ma maman au bord de l’océan, en thalasso à Pornic, en Loire-Atlantique. Nous avons séjourné à l’Alliance Hôtel. C’était en avril, l’air était doux, et l’on a profité de cette pause hors du temps pour évacuer le stress et retrouver une énergie morale et physique.

Outre le besoin d’évasion et d’air frais en plein hiver morne et pluvieux à Paris, il me semble qu’offrir un week-end en thalasso pour les fêtes de fin d’année relève d’une excellente idée.

thalasso pornic

Commençons par parler de la thalasso en tant que telle. Nous avons bénéficié, tout au long de notre séjour, de plusieurs soins. Ces soins étaient répartis sur les deux jours complets passés sur place, le matin (petit bémol pour l’étudiante en concours qui aurait souhaité dormir un peu plus, tout de même). Nous avons donc chacune eu, dans le désordre: un bain hydromassant à la salicorne, deux enveloppements aux fruits, un peeling corps, un modelage aromatique aux huiles essentielles ainsi qu’une douche apaisante à affusions. Concrètement, tous les soins étaient très agréables et permettaient une détente totale, même si certains sont plus efficaces que d’autres. Gros gros coup de coeur pour le modelage aromatique aux huiles essentielles, idéal pour dénouer toutes les tensions des pieds à la tête.

thalasso pornic

Nous sommes arrivées un jeudi après-midi, parties de Paris en voiture, et sommes restées à Pornic jusqu’au samedi en fin d’après-midi. Etant en demi-pension, nous avons donc pu tester le restaurant de l’hôtel, et avons dégusté deux petits-déjeuners vraiment délicieux. Ces derniers étaient très complets, bien gourmands tout en restant équilibrés. Des produits frais, de qualité, et en quantité: très bon point ! L’hôtel dispose de deux restaurants, l’un offrant une cuisine française traditionnelle autour des produits de la mer, l’autre affichant un menu ayurvédique. Nous avons choisi de dîner les deux soirs au restaurant traditionnel, où nous nous sommes régalées: tartare marin aux langoustines, cabillaud aux champignons et sauce safran, terrine de lotte… notons tout de même un petit malus sur les desserts, bons mais pas exceptionnels.

Repas thalasso Pornic

Les deux midis où nous n’avions pas de table réservée à l’hôtel, nous en avons profité pour déjeuner en ville. Vendredi, nous nous sommes arrêtées à la crêperie Cap Gourmand, qui donne sur le port de Pornic. Des prix plus que raisonnables pour des produits de qualité, et un service impeccable ! Je vous recommande particulièrement la galette au chèvre, aux noix et au miel. Le jour du départ, nous avons fait une halte à la crêperie (oui, encore… #teamgalettesarrasin) la plus proche de l’hôtel, à la Crêperie de la Source. Le rapport qualité/prix est moins intéressant qu’au Cap Gourmand, mais les galettes sont bonnes.

Galette chèvre/noix au Cap Gourmand à Pornic

Galette chèvre/noix au Cap Gourmand à Pornic

Galette au saumon à la Crêperie de la Source

Galette au saumon à la Crêperie de la Source

Flâner dans la ville de Pornic était très agréable, l’on a visité plein de petites boutiques traditionnelles, ainsi qu’une conserverie qui changeait de la Belle Îloise: la Perle des Dieux ! Le temps ne s’y prêtait pas énormément, mais je vous recommande mille fois le glacier « La Fraiseraie », connu et reconnu mais dont la renommée équivaut la qualité !

manège pornic

Cette escapade en terre bretonne vous a plu ? N’hésitez pas à partager vos bonnes adresses dans les commentaires et à partager l’article !

Pancakes au chocolat et au lait d’amande

Pancakes au chocolat

Je vous en parlais il y a quelques jours, quand les temps sont difficiles, cuisiner me permet de me défouler, de m’évader, de penser à autre chose, et de me régaler ensuite. Quoi de plus réconfortant, en effet, que la nourriture ?

Le week-end dernier, j’ai donc cuisiné, comme je le fais bien souvent, des pancakes au chocolat et au lait d’amande. Je ne digère plus du tout le lait animal, et de toute manière je n’ai jamais aimé ça (cela fait partie des choses étranges qu’il faut savoir sur mes habitudes alimentaires – je n’aime pas non plus la banane et la noix de coco, entre autres…), c’est pour cela qu’aujourd’hui je remplace le lait de vache par du lait d’amande. Outre ses vertus bénéfiques sur votre intestin (Victoria a rédigé un article passionnant sur le sujet ici), le lait d’amande apporte une touche gourmande par son arôme fruité.

La recette relève d’une simplicité enfantine, et ne vous prendra qu’une dizaine de minutes à réaliser le matin. Bien meilleurs que des biscuits du commerce ou des céréales bourrées de sucre raffiné, je vous recommande ces petites crêpes moelleuses qui font du bien à votre organisme et à votre moral ! Vous m’en direz des nouvelles !

Pour une quinzaine de beaux pancakes:

2 oeufs

un sachet de sucre vanillé

15 cL de lait d’amande

150g de farine (j’utilise parfois un tant pour tant de farine de maïs et de farine de blé)

2 cuillères à café de levure chimique

une pincée de sel

une poignée de pépites de chocolat

une noisette de beurre pour la cuisson

  1. Clarifier les oeufs. Battre les jaunes avec le sucre vanillé, puis incorporer le lait d’amande. Fouetter légèrement.
  2. Ajouter au mélange précédent la farine, la levure et une pincée de sel.
  3. Monter les blancs d’oeuf en neige, et les incorporer en trois fois très délicatement à la pâte. Verser les pépites.
  4. Dans une poêle anti-adhésive, faire fondre une noisette de beurre, puis verser des louches de pâte. Quand des bulles se forment à la surface, retourner les pancakes avec soin, puis laisser dorer quelques secondes supplémentaire. Et voilà, c’est prêt !

♡ N’hésitez pas à suivre le blog sur les réseaux sociaux ! si vous réalisez une de nos recettes, partagez-là sur TWITTER, FACEBOOK & INSTAGRAM ! ♡

 

Paris sera toujours Paris. Qu’est-ce que tu veux qu’il fasse d’autre ?

Paris République

Vendredi 13 novembre. La lumière tombe peu à peu en dehors de la boutique où je suis venue donner un coup de main pour la fermeture. Il commence à faire froid, et la fatigue de la semaine commence à se faire sentir. Peu importe, à 21h, j’ai rendez-vous avec mes amis à Odéon. C’est le week-end, et comme à notre habitude, nous allons partager un bon moment autour une pinte et décompresser. Ce vendredi 13 novembre, nous avions rendez-vous dans un bar à Odéon. La semaine dernière, j’avais donné rendez-vous à un ami à République. Une autre fois, à Oberkampf. Une autre fois encore, aux Halles. Ces endroits de Paris sont mes repères autant que mes repaires. L’on s’y sent bien, l’atmosphère est chaleureuse, l’on y construit des souvenirs.

Mais ce vendredi 13 novembre, alors que les premières effluves d’alcool commençaient à nous monter au cerveau, une amie est descendue au sous-sol du bar où nous rigolions en sirotant un cocktail. Criant plus fort que le chanteur du groupe qui se produisait sur scène ce soir-là, elle nous apprend que deux attentats viennent de se produire. On attrape nos sacs et on sort rejoindre les autres. Les autres, ce sont nos « collègues » journalistes, branchés sur les chaînes d’informations en continu qui commencent à faire parvenir les nouvelles macabres : plusieurs attaques armées auraient eu lieu dans la capitale française, touchant le stade de France où l’équipe nationale jouait contre l’Allemagne, le Bataclan où se déroulait un concert, et des cafés dans plusieurs quartiers. Un couple d’amis arrive, l’air hagard, et témoigne de la scène à laquelle ils ont assisté en face du Petit Cambodge, où ils faillirent dîner ce soir-là. Pour le moment, personne ne comprend ce qui est réellement en train de se produire. Rapidement, le besoin de situer nos proches se fait sentir : parents, amis, l’on cherche dans nos répertoires qui aurait pu se trouver dans les zones touchées au moment des attentats. Plusieurs amis sont à République, l’un dans le métro, une autre cloîtrée chez elle. D’autres avaient posté des photos du match sur Facebook, et rapidement on tente de les joindre pour se rassurer. Les informations tombent au compte-gouttes, alors que depuis la rue où nous nous trouvons, l’on entend les sirènes de police et de pompier qui traversent la ville à toute vitesse. Tout le monde s’organise afin de rentrer au plus vite se mettre à l’abri. Dans les bars avoisinants, le match au stade de France est terminé, et l’on commence à avoir plus de visibilité sur ce qui s’est passé là-bas. Le nombre de morts augmente, peu à peu. Les premières images inondent nos fils Twitter. Les nouvelles des proches aussi. Ce vendredi 13 novembre, tous mes proches ont échappé à la barbarie. Je suis rentrée saine et sauve chez moi. Je me sens incroyablement chanceuse. Tout le monde ne peut pas en dire autant.

Samedi 14 novembre, jamais un réveil n’a fait aussi mal. Pendant deux secondes, je chasse de mon esprit les images de la veille en me disant que ce n’était qu’un mauvais rêve. Rapidement, les nombreux messages et flashs d’informations qui s’affichent sur mon iPhone me ramènent à la réalité. Enroulée dans ma couette, des larmes coulent sans que je puisse les arrêter. Alors que je suis rentrée vivante à la maison, d’autres cherchent leurs proches, faisant tourner leur photo sur les réseaux sociaux. Le Président a annoncé trois jours de deuil national, mais il en faudra beaucoup plus pour commencer à réfléchir sereinement à ce que notre pays vient de traverser. Dans notre malheur collectif, des gestes de solidarité exceptionnels comme ces queues immenses de gens venus donner leur sang, redonnent espoir. Les témoignages de rescapés, souvent aidés par d’autres au péril de leur propre vie, filent la frousse et glacent le sang.

Dimanche 15 novembre, on commence à mettre des mots sur ce qui s’est passé durant les dernières heures. On se téléphone, on partage nos craintes, on se dit qu’on s’aime. On se met à la place de toutes ces familles déchirées par la perte de l’un de leurs. Ou du moins on essaye d’imaginer leur douleur, incommensurable. A ces terrasses, dans cette salle de concert, parmi les supporters dans les tribunes du Stade de France, ça aurait pu être nos frères, nos sœurs, nos parents, nos amoureux/ses, des amis. Aujourd’hui, je ne suis qu’à moitié les informations, après avoir passé la veille ma journée sur Twitter, BFM et compagnie. A la place, je m’enferme dans la cuisine et prépare des pancakes pour ma petite famille. Ma manière à moi d’apporter un peu de douceur dans ce monde brisé, et de créer du réconfort à grands renforts de pépites de chocolat.

Les jours d’après, la vie reprend peu à peu le dessus. A quelques différences près : des sursauts lorsqu’un bruit quelconque se fait entendre, des coeurs et des « je t’aime » qui se veulent plus nombreux, une manière quelque peu différente de respirer l’air pollué parisien. Et surtout, ces victimes de la barbarie qui resteront toujours à l’esprit et dans un coin du coeur, pour que jamais, jamais, on n’oublie que ce vendredi 13 novembre, ça aurait très bien pu être nous.

Prenez bien soin de vous, de vos proches, aimez-vous, aimons-nous. Tendres pensées pour les familles des victimes de cet acte ignoble.

Paris République

Paris République

Paris République

Paris République

Deux adresses paisibles dans le joli quartier du Temple – Paris

Besoin d’un moment de calme et de douceur pour faire une pause dans le rythme infernal de Paris ? Rendez-vous donc dans le quartier du Temple, pas très loin du restaurant dont je vous parlais il y a quelques temps. Vous y trouverez deux de mes coups de coeur de ces derniers mois, deux adresses joliment décorées où le temps semble s’arrêter le temps d’un goûter. Ces deux endroits font partie de ces lieux où vous pouvez rester assis des heures autour d’une tasse de thé fumant ou de café corsé, accompagnée de pâtisseries maison.

Broken Arm Paris

The Broken Arm, au 12, rue Perrée, est niché à l’angle de deux rues paisibles, face à un square où les enfants viennent se détendre après les cours. Quelques tables sont dressées dehors, l’été, permettant de prendre le soleil tout en sirotant un thé glacé, ici un délicieux rooibos. Le lieu reste difficile à définir: salon de thé, restaurant, boutique de créateurs… Le concept ? Du 3 en 1, pour dénicher un look à la mode tout en dégustant une salade ou un dessert au comptoir.

La sobriété du lieu n’enlève rien à son charme. L’on y retrouve la scénographie classique du coffee shop parisien huppé: murs blancs, carrelage à motifs, tables en Formica et machines à café vintage.

Il vous faudra débourser au minimum 3,50 euros pour goûter aux pâtisseries de The Broken Arm, et environ 4 euros pour un thé glacé. Les prix des menus sont disponibles sur leur site.

Lily of the Valley Paris

Le deuxième réel coup de coeur dont je voulais vous parler aujourd’hui est situé un peu plus loin, rue Dupetit-Thouars: Lily of the Valley, salon de thé imaginé et tenu par Pauline, jeune femme pétillante passée par l’école Ferrandi. Elle propose dans son plaisant salon une variété impressionnante de thés, ainsi que ses pâtisseries maison: cookies fondants, muffins dodus et cakes savoureux garnissent les présentoirs du « coffee shop ». Coup de coeur pour le cake du jour à la noisette, aux poires et au chocolat, qui fond en bouche sans être lourd.

L’intérieur de la boutique est assez petit, il faut donc avoir de la chance ou être disposé à braver le froid pour s’installer sur l’une des tables à l’extérieur. Pas de panique, il suffira d’une tasse de thé et d’une pâtisserie pour vous réchauffer. Les mets commandés au comptoir arrivent dans une vaisselle très « british« , en parfait accord avec la décoration du lieu. Détracteurs du « girly », s’abstenir !

Le petit plus appréciable: la possibilité d’emporter les boissons et les pâtisseries. Comptez entre 2 et 4,40 euros pour une boisson chaude, et entre 1,50 et 4 euros pour une petite douceur.

Pour prolonger l’instant douceur, voici une petite playlist pour le mois de novembre, sélectionnée avec soin par votre plus fidèle serviteur.

Pour découvrir davantage de bonnes adresses, n’hésitez pas à suivre le blog sur les réseaux sociaux: Facebook, Twitter & Instagram.

Chouquettes au chocolat de Claire Heitzler

Chouquettes au chocolat

Chaque jeudi paraît en kiosques le magazine L’Express, livré avec L’Express – Styles. Généralement, je feuillette ce supplément sans franchement m’y arrêter, mais jeudi dernier, mon oeil de gourmande s’est arrêté sur quelques pages joliment illustrées de recettes.

L’invitée de la semaine n’était autre que Claire Heitzler, dont j’avais déjà lu avec attention le portrait dans le dernier Fou de Pâtisserie. La chef propose plusieurs de ses recettes autour du chocolat, et c’est celle de ses chouquettes au chocolat que j’ai choisi de réaliser ce week-end.

Comme la lumière dans ma cuisine était particulièrement douce samedi matin, et que j’avais du temps devant moi, je me suis (enfin) lancée, et ai filmé la recette pas à pas. J’espère que ce nouveau format vous plaira, j’ai pour ma part beaucoup aimé filmer chaque étape de la réalisation, je trouve ça plus plaisant qu’une recette notée sur un bout de papier… et vous ? 😉

Voici tout de même le déroulé de la recette, comme d’habitude !

Pour une trentaine de petits choux:

60g de lait

65g d’eau

65g de beurre

une pincée de sel

une pincée de sucre

60g de farine

15g de cacao en poudre non-sucré

115g d’oeufs (environ 2 gros oeufs: les battre en omelette, et les peser ensuite)

sucre en grains

  1. Dans une casserole à fond épais, verser le lait et l’eau. Ajouter le beurre en morceaux, et faire bouillir le tout.
  2. Couper le feu, puis incorporer rapidement la farine, le cacao, le sel et le sucre préalablement tamisés. Dessécher la pâte, c’est-à-dire éliminer l’eau contenue dans celle-ci en la faisant chauffer à feu doux, tout en remuant énergiquement le tout avec une cuillère en bois.
  3. Débarrasser la pâte desséchée dans un saladier, puis y incorporer en trois fois les oeufs précédemment battus en omelette. Toujours avec la cuillère en bois, mélanger activement afin d’obtenir une pâte lisse. Ensuite, il faut agir rapidement afin de dresser la pâte encore chaude !
  4. Préchauffer votre four à 180°C. Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, dresser à l’aide d’une poche à douille des petits choux, disposés en quinconce. Avec une fourchette légèrement humidifiée, aplatir les queues des choux, puis les saupoudrer de sucre en grains. Enfourner 25 minutes, NE PAS OUVRIR LA PORTE DU FOUR, JAMAIS !

Chouquettes au chocolat

Chouquettes au chocolat

Chouquettes au chocolat

N’hésitez pas à partager la vidéo, et à nous rejoindre sur les réseaux sociaux pour encore plus de gourmandise: Twitter, Facebook et Instagram !