Charlottes aux fruits rouges pour la fête des mères

charlotte

Il y a plusieurs manières de fêter une occasion spéciale: des petites attentions, un joli cadeau, un billet doux… ou bien de bons petits plats ! Cette année, pour la fête des mères ce week-end, je vous propose de réaliser des charlottes aux fruits rouges individuelles et quelque peu revisitées: des biscuits roses de Reims à la place des traditionnels boudoirs, et une crème à base de mascarpone et fromage blanc. Vous pouvez bien sûr parfumer le tout au gré de vos envies, et troquer les fruits rouges contre un savoureux mélange ananas/mangue, par exemple.

Et si jamais vous souhaiter une autre recette que celle de ces charlottes aux fruits rouges, vous pouvez toujours vous rabattre sur des framboisiers à la pistache !

pour 6 petites charlottes aux fruits rouges:

150g de biscuits roses de Reims

300g de fromage blanc

160g de mascarpone

50g de sucre glace

des fruits rouges (fraises, framboises…)

  1. Recouvrir une plaque de cuisson de papier sulfurisé. Disposer six cercles à gâteau, que vous tapisserez de bandes de papier sulfurisé.
  2. Fouetter au robot électrique le fromage blanc, le mascarpone et le sucre glace. Ajouter un peu de jus de fraises ou du colorant rose à ce moment-là.
  3. Recouvrir le fond des cercles de biscuits roses, et en tapisser les bords. Verser une cuillère ou deux de préparation au fromage, puis la recouvrir d’un biscuit coupé en deux. Remplir la charlotte de crème, et déposer quelques fruits rouges sur le dessus.
  4. Conserver au frais quelques heures, et servir immédiatement.

♡ SUIVEZ LE BLOG SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX: FACEBOOKTWITTERINSTAGRAM ♡

charlotte fruits rouges

charlotte

charlotte fruits rouges

Lasagnes au thon et petits légumes

lasagnes

Du thon, des tomates, des petits poivrons… Le bon goût de l’été réhaussé par celui de l’Italie, puisqu’on met le tout entre des plaques de lasagnes « all’uovo ». Recouvertes d’une petite sauce onctueuse et délicatement relevée, on en redemande… Et vous voulez un secret ? Ces lasagnes sont meilleures réchauffées ! Mais comme il risque de ne pas en rester après le premier service, vous pouvez aussi cuire le plat en deux fois… le tour est joué, on n’y voit que du feu 😉 Et pour l’option végétarienne, c’est par ici que ça se passe !

Pour 4 personnes:

une grande boîte de thon

une boîte de pulpe de tomates

une petite tomate

un poivron

un oignon

pour la sauce: 50g de beurre, 30g de farine et 30 cL de lait, du sel, du poivre, du basilic

des plaques de lasagnes

du comté râpé

  1. Laver le poivron, le détailler en petits dés. Laver l’oignon, le peler et l’émincer. Le faire suer dans une poêle avec de l’huile d’olive. Ajouter le poivron, et faire revenir le tout une quinzaine de minutes. Saler, poivrer.
  2. Réaliser la sauce: faire fondre le beurre à feu doux. Hors du feu, ajouter la farine, mélanger énergiquement. Remettre sur le feu, et faire épaissir en ajoutant le lait peu à peu. Saler, poivrer, assaisonner d’herbes de Provence.
  3. Egoutter le thon, et le mixer avec la pulpe de tomates. Saler, poivrer.
  4. Dresser les lasagnes: au fond d’un plat carré, disposer deux plaques de pâtes. Les recouvrir de la préparation au thon et de la tomate lavée et coupée en rondelles. Recouvrir de lasagnes, puis disposer la couche de poivrons/oignons, et un peu de béchamel. Re-plaques de lasagnes, re-couche de thon. Re-lasagnes, béchamel et comté râpé on top !
  5. Cuire une quarantaine de minutes à 200°C.

♡ SUIVEZ LE BLOG SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX: FACEBOOKTWITTERINSTAGRAM ♡

lasagnes

lasagnes

lasagnes

 

Respirer

Des semaines qui défilent, sans aucun moment pour se poser et réfléchir, les événements qui se succèdent, les sentiments qui se bousculent. Des mois sans voir la mer, une envie d’ailleurs de plus en plus irrépressible. Comme le dit Jonas Blue,  «i want a ticket to anywhere… any place is better.»

coquillage

L’air à Paris était devenu irrespirable. La capitale, j’avais besoin de la quitter pour, je l’espère, mieux la retrouver.

plage

Le stage à Ouest-France était prévu depuis des mois, appréhendé car symbole de saut dans le vide, mais vivement attendu car synonyme d’échappatoire. Déjà une semaine de passée, beaucoup de conseils reçus et retenus, beaucoup d’heures de travail aussi, et quelques articles publiés. Prendre le large n’aura jamais été aussi bénéfique.

IMG_7797

Ce week-end, j’ai retrouvé la mer: l’air marin, le vent qui fouette le visage, l’odeur du sel et du sable. Mon petit coin de paradis breton à moi. L’infini, le calme, le vide… et l’apaisement.

val-andré

♡ Vous pouvez suivre mes aventures bretonnes sur INSTAGRAM, TWITTER & FACEBOOK ♡

Financiers au praliné & aux framboises

financiers

En voilà une recette qui colle à l’actualité. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, allez donc lire les excellents papiers du Monde concernant les Panama Papers, cette énorme fuite journalistique révélant le plus gros scandale financier de tous les temps.

Dans ces financiers, rien d’illégal, si ce n’est une dose excessive de gourmandise et de bonheur. Vous pouvez réaliser ces petits financiers avec les blancs d’oeufs qu’il vous restera une fois que vous aurez préparé des crèmes brûlées… de quoi faire d’une pierre deux coups ! Ne me remerciez pas…

Pour une vingtaine de financiers:

5 blancs d’oeuf

190g de sucre glace

160g de beurre

62,5g de poudre d’amandes

62,5g de farine

pâte de praliné, framboises fraîches, une gousse de vanille

  1. Chauffer le beurre à feu doux, jusqu’à ce qu’il colore légèrement. Laisser refroidir.
  2. Mélanger la farine tamisée, le sucre glace et la poudre d’amandes.
  3. Ajouter au mélange précédent les blancs d’oeuf, en fouettant.
  4. Incorporer le beurre noisette refroidi, et séparer la pâte en deux. Ajouter du praliné (#foodporn) à la moitié de la pâte, et les grains d’une gousse de vanille dans l’autre. Verser la pâte dans des empreintes en silicone. Dans les empreintes remplies de pâte à la vanille, ajouter une framboise fraîche.
  5. Préchauffer votre four à 210°C. Cuire 8 minutes, puis baisser le four à 205°C et laisser colorer 5 ou 6 minutes supplémentaires.

♡ SUIVEZ LE BLOG SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX: FACEBOOKTWITTERINSTAGRAM ♡

 

IMG_7613

IMG_7616

Crèmes brûlées à la vanille, régressives à souhait

crème brûlée

Une texture fondante, soyeuse, du sucre caramélisé qui colle aux dents, un goût de vanille prononcé… Et voilà, vous avez là tous les éléments réunis de la recette idéale des crèmes brûlées. Véritable madeleine de Proust pour certains, la crème brûlée fait partie pour moi des desserts réconfortants, qu’on aime préparer simplement lorsque l’on a envie de se faire plaisir.

Pour cuisiner ces crèmes brûlées, nul besoin de beaucoup d’ingrédients, ni de beaucoup de temps devant vous. L’avantage ? Les crèmes brûlées se conservent bien au réfrigérateur, vous pouvez donc les conserver quelques jours au frais. Et ainsi faire durer le plaisir !

Pour huit ramequins:

5 jaunes d’oeuf

25 cL de lait

25 cL de crème liquide entière

75g de sucre semoule

une gousse de vanille

du sucre cassonade

  1. Battre les jaunes d’oeuf avec le sucre.
  2. Couper la gousse de vanille en deux, gratter les grains.
  3. Faire bouillir le lait et la crème, avec les grains de vanille et la gousse.
  4. Verser à travers une passoire le mélange lait/crème sur les jaunes d’oeuf, en filet. Fouetter rapidement.
  5. Préchauffer votre four à 110°C. Verser la crème dans des ramequins, sur quelques centimètres d’épaisseur.
  6. Enfourner, et laisser cuire une petite heure. Il faut que les crèmes soient tremblantes, mais prises. Réserver au frais une fois refroidies.
  7. Au moment de servir, saupoudrer de sucre cassonade les crèmes, et faire caraméliser le sucre sous la flamme d’un chalumeau. Casser la croûte ainsi formée avec une cuillère, et se laisser happer par un océan de gourmandise régressive.

♡ Suivez le blog sur les réseaux sociaux: FACEBOOK, TWITTER, INSTAGRAM ♡

crème brûlée

crème brûlée

crème brûlée

crème brûlée

Nid de Pâques au chocolat

nid de pâques

Il faut s’y préparer, ce week-end, c’est Pâques. Ce qui signifie donc: chocoverdose. Heureusement, lundi est férié, on aura donc vingt-quatre heures pour se remettre d’une probable crise de foie.

Pour faire ça dans les règles, voici une recette simple à réaliser et à customiser: le nid de Pâques ! Il suffit de quelques oeufs en chocolat, d’une poignée d’oeufs en sucre, et d’un peu de pralinoise fondue pour transformer ce simple gâteau au chocolat en nid de Pâques.

Avant cela, vous pourrez vous régaler en guise d’entrée de cocottes d’oeufs aux carottes. Et si ce dessert ne vous ouvre pas l’appétit, allez-donc jeter un oeil du côté du trois-chocolats réalisé pour Pâques en 2013 (déjà…): vous m’en direz des nouvelles !

Allez, c’est l’heure de la recette ! A vos fourneaux ! Et joyeuses Pâques !

Pour un NID DE Pâques de taille normale:

200g de chocolat noir

200g de beurre en morceaux

4 oeufs

200g de sucre

100g de farine

  1. Faire fondre le chocolat dans une casserole à feu doux. Ajouter le beurre en morceaux une fois le chocolat fondu.
  2. Casser les oeufs: séparer les blancs des jaunes. Battre les jaunes avec le sucre, et monter les blancs en neige avec une pincée de sel.
  3. Ajouter le chocolat et le beurre fondus au mélange jaunes-sucre. Incorporer délicatement les blancs montés, puis la farine en pluie.
  4. Préchauffer votre four à 200°C. Beurrer et fariner un moule à gâteau (ici, avec un trou au milieu pour faire le « nid »). Verser la pâte dans le moule, et enfourner 30 minutes.
  5. Une fois le gâteau froid, le démouler. Remplir le coeur de petits oeufs en chocolat. Déguster !

nid de pâques

nid de pâques

IMG_7579

nid de pâques

♡ Suivez le blog sur FACEBOOK, TWITTER et INSTAGRAM, pour ne rater aucune actu ! ♡

Gaufres crousti-moelleuses

gaufres

Qui n’a jamais rêvé d’une bonne fournée de gaufres maison au réveil ? C’est un luxe appréciable lorsque l’on reste à l’hôtel, mais un plaisir que l’on ne prend souvent pas le temps de s’octroyer chez soi. Et pourtant, voici une recette qui ne nécessite que quelques minutes de préparation et un gaufrier… Quelques minutes plus tard, vous pourrez savourer de délicieuses gaufres croustillantes sur les bords et moelleuses à l’intérieur. Et puis le week-end, on peut laisser la vaisselle s’accumuler… nul besoin de gâcher son petit déjeuner ! Allez, on prépare du café et on presse quelques agrumes, et on y va ? C’est parti pour la recette en vidéo !

Pour une quinzaine de gaufres (recette légèrement adaptée de celle d’Hervé Cuisine):

160g de farine fluide

1 sachet de levure chimique

1 pincée de sel

4 oeufs

4 cuillères à café d’huile de tournesol

1 cuillère à café d’extrait de vanille

20 cL de lait d’amande

  1. Mélanger la farine, la levure et le sel.
  2. Séparer les blancs d’oeuf des jaunes. Ajouter les jaunes un par un à la farine. Mélanger. Ajouter l’huile et la vanille.
  3. Chauffer le lait d’amande une petite minute au micro-ondes. L’incorporer à la préparation précédente.
  4. Monter les blancs d’oeuf en neige. Les ajouter délicatement à la pâte.
  5. Faire chauffer votre gaufrier comme indiqué sur son mode d’emploi. Déposer une louche de pâte sur chaque plaque, refermer le gaufrier et laisser cuire les gaufres trois ou quatre minutes.
  6. Saupoudrer les gaufres de sucre glace, et les déguster !

gaufres

gaufres

J’ai aimé #2 – février 2016

En ce premier jour du mois de mars, une nouvelle édition de la nouvelle rubrique du blog, j’ai nommé les « J’ai aimé »… Retrouvez sans plus tarder mes cinq favoris du mois de février. Au programme ? Culture, paysages et infos sur le contenu de nos assiettes !

J’ai aimé… #1: en apprendre un peu plus sur les dessous du monde agro-alimentaire

Les réseaux de la malbouffe - Géraldine Meignan

Le 2 février a été diffusé sur France 2 une enquête édifiante de Cash Investigation sur les pesticides dans l’agrochimie. Une démonstration implacable et richement documentée sur l’invasion des produits chimiques dans notre univers, et particulièrement dans notre alimentation. Hasard du calendrier, j’ai reçu la même semaine un livre que j’avais commandé par curiosité et traitant relativement des mêmes sujets. Les réseaux de la malbouffe, écrit par Géraldine Meignan, grand reporter. Le livre retrace les réseaux de l’agro-alimentaire, du producteur à l’assiette du consommateur. Des réseaux opaques dont on ne connaît finalement pas grand chose, sauf lorsque de gros scandales éclatent, comme celui de la viande de cheval dans les lasagnes. Il est frappant de découvrir qui tire les ficelles de ce monde complexe et de quelle manière on peut aisément se laisser, au mieux berner, au pire empoisonner. Saviez-vous, par exemple, que la France est le troisième pays au monde (derrière les Etats-Unis et le Japon) en termes d’épandage de pesticides ? Et bien voilà… Cette info fait partie des nombreuses précisions apportées par ce livre.

J’ai aimé… #2: revoir le jour

IMG_9615

En février, les journées ont été douces et longues… Quel bonheur de pouvoir se lever quelques jours par semaine en même temps que le soleil, et de ne plus connaître que la nuit noire matin et soir ! Ajouter à cela quelques balades entre amis, à admirer les nuances des ciels de Paris… Vivement le printemps !

J’ai aimé… #3: reprendre le temps d’aller au cinéma

Cinéma

Très inspirée par le défi culturel de Solange te Parle, j’ai décidé en 2016 d’accorder plus de temps à la lecture, au cinéma et aux expos. Pour le moment, le bilan n’est pas trop mauvais, j’aimerais juste avoir plus de créneaux pour commencer ou reprendre de nouvelles séries… En attendant, j’ai vu ce mois-ci au ciné quatre films: Peur de Rien, Ave César, The Revenant et Les Innocentes. Quatre genres totalement différents, des réalisations fines et bien menées pour les quatre films… Et un vrai plaisir de retourner en salles ! Je reste toujours marquée par certaines séquences des Innocentes, signé Anne Fontaine. La performance des actrices est remarquable.

J’ai aimé… #4: admirer les oeuvres de rodin  

musée rodin

musée rodin

Trois ans passés en classes prépa dans le lycée juste à côté du musée Rodin, et je n’y avais jamais mis les pieds… C’est désormais chose faite, et quelle erreur de ne pas y avoir traîné mes guêtres avant ! Ce musée situé dans le VIIe arrondissement de Paris a l’avantage de disposer d’un grand parc, dans lequel on peut se balader et découvrir des statues du sculpteur. A l’intérieur, on admire le fameux Baiser ainsi que des oeuvres moins connues mais tout aussi impressionnantes. Emballement particulier pour le détail et le soin apportés aux mains, j’ai été réellement ébahie.

J’ai aimé… #5: lire Marie parler de ses 20 ans

Je suis le blog de Marie depuis plusieurs années. Et Mai, de même. Quand l’une a décidé de raconter ses vingt ans chez l’autre, j’ai tout de suite su que le résultat serait à la hauteur de mes espérances. Il a été bien plus que cela. Marie a réussi à poser des mots précis sur comment je ressens ma vingtaine, dans un style toujours si juste et humain. Alors que dire de plus, si ce n’est: merci Marie ?

Photoreportage: dans la chocolaterie de Gilles Cresno

Quand un chocolatier vous ouvre les portes de son laboratoire lors d’une fraîche matinée hivernale, c’est comme un retour en enfance vers le monde merveilleux de Charlie et la Chocolaterie. Chez Gilles Cresno, point de tablettes en or « Wonka », et les petites mains qui s’affairent ne sont pas non plus des Oompas-Loompas. Au bout de la chaîne, quand le chocolat est passé entre toutes les mains, c’est avec délectation qu’on savoure ces petits carrés aux saveurs toutes plus alléchantes les unes que les autres…

Photo 1 DLF

Première étape de la matinée : faire passer des disques de ganache (mélange de crème et de chocolat) sous l’enrobeuse, afin de les recouvrir finement d’un chocolat dit de couverture.

Photo 2 DLF

Le travail s’effectue à la main, en complémentarité avec la machine. Ce matin-là, ce sont plusieurs centaines de carrés de chocolat qui vont ainsi passer entre les doigts de Mathieu et François.

Photo 3 DLF

Plusieurs parfums de chocolats sont à l’honneur. A chacun son chocolat de couverture : lait pour les pralinés et les speculoos, noir pour les ganaches plus corsées.

Photo 4 DLF

Eglantine, la chef du laboratoire, décore chaque chocolat un par un. C’est ainsi que l’on différenciera les parfums.

Photo 5 DLF

Les chocolats avancent sur un tapis roulant qui traverse tout le laboratoire chocolatier. Dernière étape, la mise en boîte, par parfums.

Photo 6 DLF

Christophe confectionne lui une pâte à tartiner chocolat/noisette. Celle-ci est composée de près de 50% de noisettes du Piémont, réduites en praliné (fruits secs, sucre et eau). Les noisettes sont ensuite mélangées au chocolat. Aucune matière grasse n’intègre la recette.

Photo 7 DLF

Après avoir mélangé le chocolat et les noisettes dans une machine dont on a chassé l’air, Christophe transvase la pâte ainsi obtenue dans un récipient pour l’emmener au conditionnement. C’est le moment de prendre une petite cuillère et de goûter le produit directement à la source. Rien à voir avec aucune pâte à tartiner du commerce, ne parlons même pas du Nutella: un goût de noisettes prononcé, une texture onctueuse, une recette très peu sucrée… je me vois déjà finir le pot à la petite cuillère !

Photo 8 DLF

Mariya débarrasse le pâte à tartiner que Christophe vient d’apporter dans une machine qui va en remplir des pots en verre.

Photo 9 DLF

La machine dose la quantité de pâte à tartiner pour remplir chaque pot. Ceux-ci contiennent 250 grammes de produit fini.

Photo 10 DLF

Mariya n’a plus qu’à remplir chaque pot un par un.

Photo 11 DLF

Dernière étape : Yoko, à la fin de la chaîne, étiquette les pots, et les ferme hermétiquement.

Photo 12 DLF

La production ainsi obtenue est mise en vente dans la boutique/atelier de Rueil-Malmaison. Ce matin-là, Agathe accueille les clients qui affluent dès l’ouverture, principalement grâce au bouche-à-oreille. Le reste des chocolats et autres pâtes à tartiner est dispatché entre l’autre boutique située à Rueil-Malmaison et celle de Nanterre.

Informations pratiques:

Chocolaterie Gilles Cresno – atelier & boutique

63 rue Gallieni, 92500 Rueil-Malmaison

N’hésitez pas à partager cet article et à nous rejoindre sur les réseaux sociaux: FACEBOOK, TWITTER et INSTAGRAM !

Tarte Bourdaloue aux poires

Tarte poires Bourdaloue

Il faut que je vous raconte: l’autre jour, j’avais très envie d’un dessert aux poires, un dessert du genre de ceux que tu emmènes chez ta mamie pour le goûter et qu’après une bouchée tu peux aller te coucher tellement il t’a rempli la panse. Donc, j’ai réalisé une tarte Bourdaloue, persuadée que l’alliance amandes / poire allait me plaire. Sauf que l’amande à la manière de la frangipane, j’avais légèrement oublié que je détestais ça. Mais bon, les gens normalement constitués qui aiment la frangipane ont aimé. Donc j’imagine que ce n’était pas si mauvais, in fine.

Voilà, j’arrête l’anecdote 3615 et je vous livre la recette. Vous me direz ce que vous en pensez si vous la réalisez ?

Tarte poires Bourdaloue

Pour une tarte Bourdaloue de diamètre normal:

Pâte sucrée: 250g de farine, 125g de beurre mou en morceaux, 25g de sucre en poudre, 10 cL d’eau, une pincée de sel fin

Crème d’amandes: 100g de beurre pommade, 200g de sucre, 200g d’amandes en poudre, 3 oeufs, une gousse de vanille

Trois poires assez grosses

  1. Réaliser la pâte (au robot ou à la main): faire un puits avec la farine dans le saladier, verser le sucre et un peu d’eau. Ajouter le beurre, et pétrir avec un fouet plat. Quand le beurre s’incorpore à la pâte, ajouter le reste de l’eau jusqu’à ce que la pâte forme une boule. Fraiser avec les doigts pour vérifier que le beurre s’est bien aggloméré. Former une boule et la laisser reposer au frais pendant 1h30.
  2. Réaliser la crème d’amandes, pendant que la pâte sucrée repose: battre le beurre pommade avec le sucre en poudre. Incorporer les oeufs un par un, puis ajouter les amandes. Vous pouvez verser une petite goutte de rhum à ce moment-là si vous le souhaitez. Bien lisser le tout.
  3. Laver, peler les poires. Les tailler en deux, puis enlever les pépins. Tailler les moitiés de poire avec un couteau fin, sans les couper.
  4. Dresser: sur un plan de travail fariné, étaler la pâte sucrée avec un rouleau à pâtisserie. Foncer un moule à tarte. Piquer la pâte avec une fourchette, puis disposer les poires taillées. Recouvrir de crème d’amandes.
  5. Cuire une quarantaine de minutes à 180°C, jusqu’à ce que le dessus soit légèrement doré. Laisser refroidir entièrement avant dégustation.

Tarte poires Bourdaloue

Tarte poires Bourdaloue

Tarte poires Bourdaloue

♡ Cette recette vous a plu ? Retrouvez-nous sur FACEBOOK, TWITTER et INSTAGRAM ! ♡